La visite de l’archevêque, de Adam Bodor

La visite de l’archevêque, de Adam Bodor (Cambourakis) — ISBN-13 : 9782366241518 — 125 pages — 10 € — Genre : Mon curé chez les crasseux.

Pour mon dernier billet de ce mois de mars (qui je l’espère vous a passionné), j’accompagne « Passage à l’Est! » qui m’a proposé le roman d’un auteur hongrois (que je ne connaissais pas) pour une lecture commune. N’oubliez pas d’aller lire l’excellent article de « Passage à l’Est! », celui-ci se trouve ici.

L’histoire du livre se déroule dans un coin paumé et crasseux, on y trouve une décharge répugnante, mais aussi des séminaristes qui font la loi. Tout le monde attend l’arrivée de l’archevêque pour la Saint-Médard. Dans un premier temps, c’est un peu la panique, car les soeurs Schenkowitz se sont évadées d’un centre pour malade des poumons, ça semble être un endroit très chouette, sauf que n’importe qui peut y être enfermé pour n’importe quoi. Et puis, nous apprenons l’existence de la coiffeuse et de sa fille adoptive qui s’est également enfuie… Enfin, il y a Ventuza. Ce dernier vient d’arriver en ville pour récupérer le cadavre de son père assassiné. Sauf qu’après un gros roupillon, qui aura duré cinq jours, Ventuza se retrouve nu comme un ver. Sans argent, dépouillé, celui qui n’était que de passage devra rester dans cet étrange village plus longtemps que prévu.

Une semaine avant la Saint Médard, les premiers clients du salon de coiffure annoncèrent que, tôt le matin, on avait capturé les sœurs Schenkowitz. Les deux vieilles filles s’étaient évadées, des mois de cela, de l’Isolda, le quartier d’isolement des pulmonaires. Les fugitives auraient été ramenées dans le camp par Gabriel Ventuza, l’aumônier, au bout d’une laisse de cuir, et aussitôt exposées à la curiosité publique dans une cage à poules.

La visite de l’archevêque, de Adam Bodor, est un petit roman qui ne fait qu’environ cent vingt-cinq pages. Fort heureusement ! S’il avait été plus gros, j’aurais eu du mal à aller jusqu’au bout. D’ailleurs, même ainsi j’ai eu des difficultés à terminer ce livre. Mais je me suis accroché, car accompagner « Passage à l’Est! » dans une lecture commune, c’est un peu comme être invité à faire une partie de foot avec Lionel Messi, on ne décline pas l’immense honneur qui nous est fait, même avec une jambe cassée. Toujours est-il que je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’histoire du livre. Et aussi à l’humour de l’auteur, il faut dire qu’il en a beaucoup moins que moi, alors forcément la comparaison est douloureuse… Je suis resté hermétique à tout et surtout à l’ironie de l’écrivain, mais selon moi il s’agit plus de parodie. Pourtant, dans ce roman on est un peu comme dans « Affreux sales et méchants » pour ceux qui connaissent le film, sauf qu’ici les mafieux sont les curés. Normalement, c’est un univers qui m’attire, mais ici je n’y suis tout simplement pas arrivé… J’ai bien vu le côté absurde du récit, la dénonciation d’une société, le côté parodique du texte… Il me semble que c’est ce que je n’ai pas aimé, la parodie, car j’ai toujours trouvé ça un peu trop lourd comme effet stylistique. Je n’aime pas beaucoup ça. Au cinéma, je fuis les parodies, pour les livres, c’est un peu la même chose. Et puis l’absurde, j’ai tendance à apprécier ce style, mais encore une fois ici, avec moi, ça n’a pas fonctionné. C’est un peu trop foutraque à mon goût. Enfin, je n’aime pas non plus lire les fables, je n’ai jamais aimé ça. Avec ce roman, beaucoup d’éléments ont joué contre moi… J’étais abattu d’avance ! Autre point, le roman est foisonnant, il se passe beaucoup de choses en très peu de pages, de ce côté-là, c’est assez riche, il faut bien le reconnaître. Du côté de personnage, c’est un peu la même chose, il y en a à revendre. Quoiqu’il en soit, si vous aimez les textes parodiques, celui-ci est fait pour vous, si vous préférez l’humour ironique, je vous conseille de poursuivre à lire mon blog, j’en use beaucoup et avec énormément de talent, c’est indéniable. Pourquoi chercher ailleurs ce qu’on a déjà trouvé ?

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

24 réflexions sur “La visite de l’archevêque, de Adam Bodor

  1. Heureusement que j’ai lu l’avis de Passage à l’Est avant le tien !! A vrai dire, je comprends que l’on n’accroche pas à l’univers de Bodor. J’ai lu Les oiseaux de Verhovina, que j’ai personnellement beaucoup aimé, mais en relisant mon billet je vois que je l’avais conclu ainsi : « Aussi, pour apprécier pleinement le roman d’Adám Bodor, faut-il se laisser porter par son cheminement a priori spontané, et surtout se laisser imprégner de l’atmosphère à la fois inquiétante et irréelle de ce texte inventif et foisonnant, où la poésie se met au service de l’absurde. »
    Je me souviens de plus que la lecture m’avait demandé quelques efforts en raison d’une structure narrative un peu chaotique.
    Mais j’ai bien envie de lire cette Visite de l’archevêque !

    Aimé par 1 personne

  2. Tu vois, Goran, je t’avais bien dit que s’associer pour une lecture commune avec toi, c’est quasiment s’assurer que tu vas flinguer le livre! Je suis d’accord avec toi sur le fait que le livre parle d’autre chose que ce dont il semble parler, mais je ne pense pas que ce soit une parodie (de quoi?). Et je ne pense pas non plus que ce soit chaotique, au contraire! J’aime beaucoup la construction, et aussi l’atmosphère. En tout cas, merci pour la comparaison avec Lionel Messi, je n’aime pas trop le foot mais ça me fait plaisir quand même!

    Aimé par 1 personne

  3. Excellente chronique 😂 J’ai une préférence pour tes avis négatifs, je m’amuse beaucoup à chaque fois.
    Parodie, absurde, foisonnant – pas pour moi (dommage que tu ne mentionnes pas « magique », ce serait vraiment complet…)
    Merci Goran 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s