L’idiote, de Ango Sakaguchi

L’idiote, de Ango Sakaguchi (Philippe Picquier) — ISBN-13 : 9782809714562 —  96 pages — 6 € — Genre : Dingo.

idiote

Je rédige cette critique plus d’un mois après avoir découvert ce livre : L’idiote, de Ango Sakaguchi aux éditions Philippe Picquier. Aussi, j’espère réussir à écrire quelque chose d’intéressant, d’autant plus que j’ai fait de nombreuses lectures entre-temps et avec ma mémoire qui n’est pas très bonne mon billet risque d’être brumeux, voire calamiteux. Mais je m’éloigne du sujet principal…

Commençons par situer l’époque et le lieu. Ainsi, l’action du livre se déroule à Tokyo (il me semble, mais ce qui est certain, c’est que cela se passe dans un faubourg populaire) pendant la Seconde Guerre mondiale, vers la fin, c’est ce que l’on comprend, car la ville est pilonnée de toute part. Toujours est-il que le début du roman dresse le portrait des habitants du quartier dont la plupart des résidences sont touchées par les bombardements, la vie est difficile, les gens se débrouillent tant bien que mal, mais la plupart des personnages, dont des femmes qui se prostituent, mènent une existence de misérables. Il y a aussi le frère et la sœur qui se comporte comme des amants (si vous voyez ce que je veux dire) ou bien le médecin plus que complaisant et tant d’autres. Pour faire bref, tout le monde est minable et frappadingue, mais lorsque l’on vit dans la survivance peut-on être autre chose que cela ? Par conséquent, c’est sans doute l’idiote, qui loge avec son mari fou et violent, qui est la plus censée. Et peut-être aussi l’artiste, c’est-à-dire le personnage principal du livre qui observe tout ce petit monde un peu à l’écart, jusqu’au jour où l’idiote, sans s’annoncer, vient s’installer chez le photographe solitaire. Il faut savoir que la femme en question ne parle pas, ne prononce pas le moindre petit mot, elle se comporte presque comme un animal, un petit chien apeuré. Par conséquent, le maître des lieux ne sait pas comment réagir, c’est pourquoi il laisse l’idiote passer la nuit chez lui, puis une autre et encore une, jusqu’à la laisser agir comme bon lui semble, jusqu’à ce que l’artiste finisse par se demander si la vie de l’idiote (détachée de tout besoin matériel et qui ne se pose aucune question) n’est pas plus raisonnable que la sienne, lui qui craint, la famine, la mort, le manque d’argent, etc. Pour conclure mon descriptif, voici un petit extrait…

Ah ! L’être humain était doté d’une raison. A quelque moment que ce soit, il conserve toujours en lui un dernier soupçon de maîtrise de soi, de résistance. Quand il est dénué de cette ombre de raison, de maîtrise de soi, de résistance, quelle chose misérable ! Le visage de la femme, son corps entier étaient figés sous le masque d’une peur et d’une souffrance grandes ouvertes sur les fenêtres de la mort. La souffrance frissonnait, se débattait ; la souffrance laissait couler une larme.

Pourquoi est-ce que j’ai choisi de lire ce livre ? Tout d’abord, car je connais l’auteur et que je l’apprécie beaucoup (enfin pas lui, mais son écriture). Ensuite, car j’ai toujours aimé les petites idiotes, mais également les grands cons. Quoi qu’il en soit, ce livre qui parle de liberté, du libre arbitre, mais également de la guerre (et bien entendu, de tout ce que l’être humain est capable de faire pour survivre), reste pour moi une énorme expérience littéraire. Certes, le récit est assez sombre et je dirais même désespéré, complètement pessimiste, voire amer. Cependant, l’histoire est rondement bien menée, car les réflexions et interrogations s’imbriquent parfaitement au reste, c’est-à-dire à la guerre, à la société japonaise, aux hommes et femmes qu’ils soient fous ou non, mais qui semblent visiblement tous (du moins en partie) l’être. Ce petit roman d’à peine 96 pages (et bien que le propos puisse apparaître violent) est tout simplement brillant.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

18 réflexions sur “L’idiote, de Ango Sakaguchi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s