Antivax – Histoire de la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, de Françoise Salvadori

Antivax – Histoire de la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, de Françoise Salvadori (Vendemiaire) — ISBN-13 : 9782363583222 —  384 pages — 23 € — Genre : Vaccination contre la théorie du complot.

antivax

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un sujet sérieux :  la vaccination. Pourquoi ? Tout simplement, car je trouve assez extraordinaire qu’à notre époque il existe encore des gens qui sont opposés aux vaccins. Aussi, j’ai voulu comprendre les origines de cette méfiance et comprendre pourquoi elle perdure.

Tout le monde ou presque sait ce qu’est un vaccin. D’ailleurs, du moins dans les pays développés, tout le monde ou presque s’est déjà fait vacciner contre telle ou telle maladie. Pourtant, malgré le fait que la vaccination ait permis d’éradiquer certaines maladies mortelles comme la variole, il y a toujours des détracteurs aux vaccins. Ainsi, ils sont 40 % en France à penser que les vaccins ne sont pas sûrs, c’est ce que l’on apprend dès le quatrième de couverture. Mais revenons-en aux origines de la résistance aux vaccins. Ainsi, le premier argument des opposants à la vaccination est d’ordre misogyne puisqu’il s’agit d’un traitement (de bonnes femmes pour bonnes femmes) qui a été importé en Europe par Lady Montagu. Cette dernière n’est autre que l’épouse d’un Ambassadeur anglais de l’Empire ottoman. Il s’agit d’un argument, comme tous les autres, qui revient au fur et à mesure de l’histoire. Évitons la vaccination de nos soldats pour ne pas les rendre mous du genou, etc. Ensuite, il y a des extrémistes religieux de tous bords et de tout temps, car la maladie, c’est le mektoub, etc. Françoise Salvadori précise que ce n’est pas une religion en particulier qui refuse les vaccins en donnant l’exemple de l’islam et de l’Arabie Saoudite qui est l’un des pays au plus haut taux de vaccination au monde. Et puis il y a les écolos qui pensent que mère nature peut tout guérir. Je résume au maximum pour ne pas faire trop long, mais disons que l’essentiel est là. Que proposent tous les détracteurs à la vaccination pour remplacer celle-ci ? Pas grand-chose, de la poudre de perlimpinpin, une bonne petite prière, un placebo, mais au final rien de très sérieux. Bien sûr l’essayiste commence son livre en nous rappelant les origines du vaccin, ce que ce dernier a apporté, les maladies qu’il a permis d’éradiquer. Que signifierait l’arrêt de la vaccination ? Tout simplement le retour de maladies extrêmement graves comme la polio, pour n’en citer qu’une.

Le tétanos réapparaît sur notre territoire, la diphtérie en Europe, la poliomyélite voit s’éloigner son éradication, seuls 20 % des infirmiers se vaccineraient contre la grippe saisonnière… D’où vient cette vague de méfiance envers la vaccination, menaçant de faire resurgir en Occident des maladies que l’on pensait disparues ? Si internet facilite la diffusion de théories conspirationnistes, la plupart des courants « antivax » modernes reprennent des arguments nés dès le XVIIIe siècle. Pasteur lui-même ne fut-il pas accusé d’être un spéculateur vantant les mérites d’un vaccin qui ferait plus de victimes que la maladie elle-même ? Une enquête sur deux siècles d’oppositions à une révolution médicale.

J’ai trouvé ce livre extraordinaire, extrêmement bien écrit et documenté. Françoise Salvadori a su rendre son sujet, potentiellement compliqué et ennuyeux, vraiment passionnant. J’ai oublié de préciser que la plupart des arguments (en dehors de ceux complotistes) des anti-vaccins sont d’ordre moral ou bien philosophique, car la réalité scientifique et statistique ne permet pas autre chose. Mais au final pourquoi tant de résistance et de méfiance vis-à-vis du vaccin ? À cause des hésitations des divers gouvernements, par méfiance envers les laboratoires pharmaceutiques, mais aussi (et surtout), car le vaccin est victime de son succès et qu’il est plus facile de mettre en exergue les complications infectieuses exceptionnelles que de comptabiliser le nombre de morts que l’on a évité en éradiquant certaines maladies.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(20 commentaires)

  1. Peut-être que s’il y a aujourd’hui une grande défiance à l’égard des vaccins, c’est à cause des adjuvants tels que le mercure ou l’aluminium (entre autres), qui sont présents dans leur composition.
    Pour ma part, je ne vois pas dans ces interrogations un esprit complotiste, mais juste un questionnement légitime de parents soucieux de la santé de leurs enfants. À mon avis, la question de la vaccination souffre d’un très grand manque de clarté, et plutôt que d’accabler les gens, le(s) gouvernement(s) devrai(en)t faire preuve de plus de pédagogie et de transparence à l’égard des citoyens. Citoyens d’autant plus échaudés par les comportements criminels des laboratoires pharmaceutiques, tels que le scandale du Médiator (entre autres).

    J'aime

  2. Oui, les adjuvants…
    Ceci étant, mourir de nos jours en France d’une maladie facilement évitable avec la vaccination, c’est choquant. Je comprends que certains soient contre la vaccination pour des raisons qui leur appartiennent, mais qu’ils sachent que leurs enfants à eux sont protégés parce que les autres enfants sont vaccinés. Il faut en effet un certain pourcentage de couverture, sinon…

    Aimé par 1 personne

      1. Comprends-moi bien Goran, je suis pour le progrès, et donc pour la vaccination ; mais pas à n’importe quel prix. Et je trouve important d’éclairer les gens, de leur expliquer qu’ils font erreur, plutôt que d’ostraciser leur jugement. Car dans un sens comme dans l’autre, après tout, tout le monde peut se tromper.
        En ce sens, ce livre que tu proposes à la lecture est intéressant, puisqu’il permet d’ouvrir des voies d’exploration qui ne le sont pas habituellement.

        Aimé par 1 personne

  3. La vaccination a été un énorme progrès médical, qui a permis d’éradiquer des tas de maladies gravissimes. Maintenant que ces maladies ont disparu depuis plusieurs générations, on les a oubliées et on ne se rend plus compte de la nécessité des vaccins. Et on remet en cause ce qui nous sauve la vie.

    Aimé par 1 personne

  4. C’est un sujet sensible, à mon avis va y’avoir des discussions enflammées dans les commentaires :p
    Ici on est tous vaccinés. Je comprends les réticences aux adjuvents et effectivement, est-il besoin de combiner 15 vaccins en une dose (j’exagère hein), est-on obligé de vacciner les tous petits, etc… ce sont des questions légitimes.
    mais pour moi le bénéfice est TELLEMENT plus grand que les potentiels problèmes que la question ne se pose même pas.
    Surtout en voyageant avec mes enfants dans des pays du tiers monde par obligation familiale :p Sinon on verrai jamais la famille hehe.

    Aimé par 1 personne

    1. l’Académie «constate que, même si certaines manifestations cliniques sévères ont pu être associées à des injections vaccinales, aucun lien de causalité n’a pu être établi, à ce jour, avec les adjuvants aluminiques, d’autant que ces manifestations paraissent limitées dans le temps (non identifiées avant 1990 et semblant en extinction depuis 2012) et dans l’espace (la France a cumulé la quasi-totalité des cas décrits dans le monde).»

      Aimé par 1 personne

  5. J’avoue ne m’être jamais posé vraiment de questions, lorsque nous étions enfants, la vaccination allait de soi, et pour mes enfants, je n’ai pas eu d’hésitation… Ceci dit, je rejoins Clovis sur l’importance de la transparence et de la pédagogie (réflexion valable non seulement pour la vaccination, mais pour tous les domaines en général). J’avoue cependant que ce sujet ne m’interpelle pas assez pour que je note ce titre, mais merci pour ton résumé !

    Aimé par 1 personne

  6. Merci pour cette chronique. Un livre d’une excellente chercheuse que je me suis déjà procuré. En ce qui concerne les antivax , je serai plus catégorique : ce sont des complotistes qui mettent en avant un discours para-scientifique (et je suis gentil !) et qui, en bon complotistes, chargent leur contradicteur de faire la preuve de ce qu’ils avancent !

    Aimé par 1 personne

  7. Tout cela n’est qu’une question de « confort » ; les gens se sont tellement habitués à leur petit confort, des décénies se sont passées, un manque de culture peut-être aussi, et ils ont oublié d’où venait leur « confort »… ils ont oublié que l’érradication des maladies venait des vaccins (entre autre, mais aussi l’hygiène), la majorité de l’électricité du nucléaire… et après ils disent que : « ça ne sert à rien ! » car ils en oublient la source de leur « confort »…
    C’est toujours une question de nombre, où l’individu n’a pas sa place… c’est dur à entendre mais c’est comme ça!
    C’est tjs pour sauver ou aider le plus grand nombre aux détriments de certains!
    Mais je suis d’accord qu’il y a des saloperies dans les vaccins et que des vaccins comme les vaccins nouveaux-nés pour l’hépatite ne sert à rien ! comme les cocktails tout en 1!

    Aimé par 1 personne

  8. Merci beaucoup pour ce titre, Goran. Ca a l’air passionnant et je me note le titre tout de suite. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur ce sujet et j’aurais beaucoup d’intérêt à l’approfondir en lisant ce livre. Merci.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s