Mon Antonia, de Willa Cather

Mon Antonia, de Willa Cather (Payot et Rivages) — ISBN-13 : 9782743628277 —  350 pages — 8,50 € — Genre : La petite maison dans la prairie où presque.

antonia

Et si je reprenais une bonne vieille habitude ? Une lecture commune avec ma plus fidèle acolyte (ou bien c’est moi qui suis son plus fidèle acolyte ?)… Toujours est-il que me voici de retour avec Marie-Anne, du blog la-bouche-à-oreille, pour vous présenter Mon Antonia de la romancière Willa Cather. N’oubliez pas d’aller lire la critique de Marie-Anne, cela se passe ici.

Jim Burden, un jeune enfant de dix ans qui vient de perdre sa mère, est désormais orphelin. Par conséquent, il doit rejoindre, dans le Nebraska et ses grandes plaines, ses grands-parents qui tiennent une ferme. Aussi, c’est dans ce grand Ouest américain, au début du siècle dernier, que des immigrés venus d’Europe (pour la plupart) sont venus s’installer en espérant trouver un monde meilleur. Les nouveaux voisins de Jim Burden viennent de Tchéquie, le père de la famille n’est pas très heureux dans son nouveau pays, ainsi que de sa condition d’ouvrier agricole. Le pays ne ressemble pas vraiment au paradis annoncé, la vie y est dure et les hivers sont extrêmement rudes. Quoi qu’il en soit la famille Shimerda a une fille qui se prénomme Antonia. Cette dernière est un peu plus âgée que son voisin Jim, mais entre les deux voisins une grande amitié va naître. Jim va tomber sous le charme d’Antonia. Pourtant, la vie va finir par séparer nos deux compagnons d’enfance. Jim va partir faire des études universitaires tandis que la condition d’Antonia n’évoluera pas de manière positive, c’est ainsi qu’elle deviendra la pauvre Antonia. Pour cette dernière l’ascenseur social n’aura pas fonctionné, c’est malheureusement le lot de beaucoup d’immigrés d’hier et d’aujourd’hui, mais ceci est un autre débat…

Assis là, dans ce creux de vallon abrité, je sentais peu le vent que j’entendais siffler sur le plat où l’herbe ondulait. La terre, sous moi, était tiède, tiède aussi celle que j’écrasais entre mes doigts. D’étranges petits scarabées rouges sortirent et vinrent tourner autour de moi en lentes escouades. Ils avaient le dos rouge vif, comme verni, avec des points noirs. Je restai aussi immobile que possible. Il ne se passait rien. D’ailleurs je n’attendais rien. J’étais quelque chose posé au soleil, et qui le recevait, tout comme les citrouilles, et je ne souhaitais rien d’autre. J’étais complètement heureux.

Le roman de Willa Cather ne raconte pas seulement le parcours de deux personnes (de l’enfance à la vie adulte), c’est aussi l’histoire des pionniers tchèques, russes, norvégiens, etc., dans le Nebraska et le Grand Ouest américain. D’ailleurs, c’est ce que j’ai apprécié dans l’œuvre de Willa Cather, car les descriptions semblent parfaitement rendre compte des conditions dans lesquelles vivaient les gens au début du siècle dernier. Par contre, tout le reste m’a un peu cassé les pieds, car je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’univers de nos deux principaux personnages. Je ne sais pas pourquoi, sans doute car j’ai trouvé le texte un peu trop gentillet. Qui a dit cucul la praline ? Certainement pas moi… Certes, la vie des immigrés telle que nous la décrit Willa Cather est dure, mais c’est la manière dont tout ceci est raconté qui ne m’a pas emballé, car les bons sentiments pullulent et c’est beaucoup trop (en tout cas pour moi). Pourtant, le texte n’est pas mal écrit, il se lit même très vite, mais, malgré qu’il soit considéré comme une œuvre magistrale que l’on compare à Proust (je ne comprends pas cette comparaison), ce n’est définitivement pas un roman qui est fait pour moi. C’est peut-être aussi la simplicité du roman qui ne m’a pas transcendé.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(13 commentaires)

  1. Je réponds pareil que luocine 🙂 J’ajoute que moi non plus, je n’arrive pas comprendre cette manie qui consiste à comparer un auteur à un autre ; comme si un auteur avait obligatoirement besoin d’un autre auteur (de préférence un génie) pour exister par lui-même.

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s