Rentrée Littéraire 2019

image.png

La rentrée littéraire approche. L’an dernier je vous avais conseillé six livres parmi tous ceux qui sont sortis et il y en a eu un sacré paquet. Je me suis d’ailleurs écouté, puisque j’avais lu cinq de mes six propositions. Que voulez-vous, on n’est jamais mieux servi que par soi même. Cette année, j’ai décidé de recommencer l’exercice, même si je ne suis pas vraiment adepte de cette fameuse rentrée littéraire…

Sans plus attendre, voici les titres que je vais très probablement me procurer. J’ai retranscrit pour chacun d’eux le résumé de l’éditeur.

#_1 Tempête pour les morts et les vivants, de Charles Bukowski aux éditions Au diable vauvert
Une anthologie de poèmes inédits parus dans d’obscurs magazines, conservés dans des bibliothèques et collections privées. Profonde, rythmée, transgressive, hilarante, vernaculaire, la poésie de Bukowski est à l’image de son auteur : aux antipodes de la littérature académique.

#_2 Le Dernier loup, de László Krasznahorkai aux éditions Cambourakis
Le Dernier Loup est certainement la première novella où Krasznahorkai déploie une phrase unique sur un si  long nombre de pages. Au-delà de l’impressionnante prouesse stylistique, cette phrase tout en circularités temporelles sert une réflexion subtile sur les liens entre l’homme et la nature, opérant dans le même temps une véritable entreprise d’envoûtement du lecteur qui se retrouve happé par ce récit, ne pouvant s’en extraire qu’au point final.

#_3 Les Échappées, de Lucie Taïeb aux éditions de l’Ogre
Au cœur de l’été, une fille étrangère vient troubler le quotidien morne d’Oskar et de sa sœur, qui habitent avec leurs parents une maisonnette en bordure d’une voie de chemin de fer désaffectée. En parallèle de ce récit d’initiation, ou plane l’ombre d’un drame, se déploie une société entièrement dévouée au travail et a l’asservissement des esprits et des corps. Il règne dans cet univers un discours de terreur, la promesse d’une terrible menace qui est sur le point d’advenir et que seule Stern, héroïne placide, poète plus que guerrière, ose défier.

#_4 Âme brisée, de Akira Mizubayashi aux éditions Gallimard
Tokyo, 1938. Quatre musiciens amateurs passionnés de musique classique occidentale se réunissent régulièrement au Centre culturel pour répéter. Autour du Japonais Yu, professeur d’anglais, trois étudiants chinois, Yanfen, Cheng et Kang, restés au Japon, malgré la guerre dans laquelle la politique expansionniste de l’Empire est en train de plonger l’Asie.

#_5 Péquenots, de Harry Crews aux éditions Finitude
Des freaks, des rednecks, des paumés, et ce Sud qui sert de miroir à une Amérique tiraillée entre violence et respectabilité, peuplent tous les grands romans de Harry Crews.

#_6 Promenades au pays de l’écriture, de Armando Petrucci aux éditions Zones sensibles
Il ne s’agit pas ici d’histoire du livre ou du document. Il ne s’agit pas d’histoire des textes, d’histoire de la culture intellectuelle ou d’histoire des cultures populaires, pas même d’une histoire de l’écriture ou des écritures stricto sensu. L’aire disciplinaire qui nous intéresse est ou aspire à être plutôt une histoire des processus et des pratiques de fabrique et d’usage des produits écrits, quelles que soient leur nature et leurs fonctions, y compris (voire surtout) dans leurs dimensions anthropologiques et sociales les plus remarquables et les plus significatives. Du fait de ce choix épistémologique assumé, cet ouvrage, alternant réflexions et exemples, se présente comme une invitation à considérer les témoignages écrits (isolés ou en série, anciens ou récents, élégants ou relâchés, publics ou privés, exposés à la vue de tous ou cachés) comme autant d’épisodes d’un des chapitres les plus riches et les plus passionnants de l’histoire de l’humanité : celui de ses expressions écrites.

#_7 De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand, de Sigfried Kracauer aux éditions Klincksieck
Né à Francfort en 1894, Siegfried Kracauer fut l’une des personnalités marquantes de la vie culturelle sous la République de Weimar. Il quitta l’Allemagne pour la France en 1933 puis émigra en Amérique en 1940. Il y rédigea son ouvrage le plus connu, sur le cinéma expressionniste allemand, De Caligari à Hitler – Une histoire du cinéma allemand, 1919-1933, et poursuivit une œuvre de journaliste et d’écrivain jusqu’à sa mort, à New York, le 23 novembre 1966.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(25 commentaires)

  1. Je ne suis pas non plus une grande adepte de la rentrée littéraire, mais la parution d’un nouveau titre de Krasnahorkai m’interpelle forcément ! Ceci dit, je n’ai pas encore lu son avant-dernier titre, j’attends sa sortie en poche, je patienterai aussi pour celui-là. Le Crews pourrait m’intéresser mais pour plus tard aussi, je viens de lire La foire aux serpents du même Crews, et j’ai aimé..

    Aimé par 1 personne

      1. depuis que je filtre les entrées normalement ça marche mieux… sinon je t’invite à m’envoyer un message par mon formulaire « Pour me contacter.. » je posterai moi-même 😀

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s