Les Martyrs et les Saints, de Larry Fondation

Les Martyrs et les Saints, de Larry Fondation (Tusitala) — ISBN-13 : 9791092159158 —  190 pages — 19,50 € — Genre : Bukowski sort de ce corps.

msai

Rares sont les écrivains contemporains que j’aime suivre. Larry Fondation fait partie de ceux-là, de la petite exception, des auteurs d’aujourd’hui que j’apprécie beaucoup. Aussi, lorsque j’ai vu que les excellentes éditions Tusitala allaient publier un nouveau titre de Larry Fondation, je me suis réjoui…

Les Martyrs et les Saints, tout comme le précédent livre de Larry Fondation (Effets indésirables) n’est pas tout à fait un roman, la forme du texte se rapproche plus à celle d’un recueil de nouvelles. D’ailleurs, Larry Fondation est souvent comparé au nouvelliste Raymond Carver. Personnellement je ne trouve pas, car pour moi les écrits de Larry Fondation ressemblent bien plus à ceux de Charles Bukowski. Aussi, c’est peut-être pour cela que j’aime ce Larry presque autant que Hank. Venons-en au livre. Dans celui-ci il est encore question de Los Angeles, toujours de la ville des anges, qui n’a rien d’angélique, mais tout de diabolique. À travers de courts récits, l’écrivain américain montre le quotidien des hommes et des femmes qui font Los Angeles, car sans eux cette tentaculaire ville ne serait pas la même. Et j’aime cet univers qui n’est pas celui du petit bourgeois bohème fier de ce qu’il représente et aveugle du monde dans lequel il vit. Par conséquent, Larry Fondation parle des obsédés, du sexe, des poivrots, drogués… Il y a des histoires de bars, il y a des histoires de chambres… De plus, comme on l’apprend en quatrième de couverture le 11 septembre septembre est passé par là. Aussi, dans cette Amérique d’après le retour des soldats, ce sont aussi les vétérans qui traînent leur misère dans les rues poisseuses. Par ailleurs, comme après la guerre du Vietnam ces anciens militaires ne sont pas vraiment les bienvenus (contrairement à ce qu’Hollywood nous montre depuis quelques années), car leur santé mentale fait peur, mais pas seulement. Toujours est-il que cet autre point de vue, sur les vétérans de guerre (de retour d’Irak), est vraiment appréciable. Cela nous change des histoires sur les patriotes béats, cela devient de plus en plus rare…

Elle faisait la manche, pieds nus sous la pluie. Elle avait dix-neuf ans, peut-être vingt. Elle était assise sur le trottoir, les jambes écartées. Ses pieds étaient sales, mais superbes : voûte plantaire cambrée, cheville fine. Je lui ai donné un billet d’un dollar, puis un de dix. J’avais les mains qui tremblaient.

J’ai sorti mon tube de crème hydratante de ma poche de veste.

— Je peux vous masser les pieds ?

Je me suis assis à côté d’elle. Elle a d’abord passé ses pieds sous ses cuisses pour les cacher. Je suis resté assis en silence à ses côtés et j’ai attendu. Elle s’est progressivement décontractée et elle a déplié ses jambes.

Ce livre n’est pas fait pour les âmes sensibles, car c’est souvent violent, cru, détraqué, complètement fou, dingue. En un mot : j’adore ! En effet, j’ai toujours détesté les cache-misère et il faut dire que Larry Fondation ne s’en encombre jamais. Le style de l’écrivain américain est brut, mais aussi extrêmement bref. Je dirais qu’il est ciselé, c’est vraiment le premier mot qui me vient à l’esprit lorsque je pense à l’écriture de Larry Fondation. On a parfois l’impression de lire un petit poème, rédigé par un poète de comptoir, sur les tourments de la vie. Comme bien souvent dans ce genre d’exercice toutes les histoires ne se valent pas, mais dans l’ensemble cela se tient. Je retiens tout particulièrement un texte qui parle d’urine et de ses bienfaits. Je n’en dirai pas plus… je n’ai qu’un seul reproche à faire à ce livre, c’est qu’il se lit trop vite.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(5 commentaires)

  1. Cela fait plaisir de sentir ton enthousiasme. Je me souviens avoir entendu pour la première fois parler de cet auteur grâce à toi, si je ne me trompe ; ce livre a l’air très tentant ! Merci !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s