L’île au trésor, de Robert Louis Stevenson

L’île au trésor, de Robert Louis Stevenson (Tristram) — ISBN-13 : 9782367190693 — 301 pages — 19,90 € — Genre : Une petite pièce.

ile

J’ai déjà abordé un petit peu le sujet il y a quelques semaines en vous présentant un petit roman de Robert Louis Stevenson. Effectivement, il va être question aujourd’hui d’un autre de ses livres, paru dernièrement dans une nouvelle traduction, vous l’aurez deviné, c’est de « L’île au trésor » que je vais vous parler…

Ce n’est vraiment pas facile de parler d’un livre que tout le monde connaît, d’un best-seller que presque tout le monde a lu (ou bien vu, car adapté au cinéma), car tout a déjà été dit dessus dans des analyses fines et passionnantes que je suis incapable de produire. Aussi, je vais faire de mon mieux en disant quelques mots d’abord sur la genèse du roman de l’auteur écossais (merci, Wikipédia pour m’avoir secondé sur ce coup), ensuite en résumant l’histoire pour rafraîchir la mémoire de ceux qui l’ont oublié (ou bien toujours pas lu). D’ailleurs, je fais partie de ceux qui découvrent le plus célèbre des romans d’aventures de Robert Louis Stevenson avec cette nouvelle traduction que nous proposent les éditions Tristam. Ainsi, comme il en a été souvent d’usage à l’époque, le livre de l’écrivain écossais a dans un premier temps été publié sous forme de feuilleton (du 1er octobre 1881 au 28 janvier 1882) dans le magazine pour enfants Young Folks. Puis, après que l’auteur ait modifié son texte, il fut publié sous forme de livre en 1883. D’ailleurs, c’est la même année que la version française est disponible chez l’éditeur J. Hetzel. Pour l’histoire du roman, il s’agit de celle du narrateur, le jeune Jim Hawkins fils des gérants de l’auberge « L’Amiral Benbow ». L’enfant, après le décès de son père et de leur pensionnaire ivrogne Billy Bones, découvrira la carte qui mène à l’île au trésor. Par conséquent, c’est en tant que mousse que Jim Hawkins, accompagné de son ami médecin David Livesey et châtelain John Trelawney, ira à la recherche de la fortune convoitée par tant d’hommes. Malheureusement, pour une telle expédition, nos trois amis devront faire appel à tout un équipage, don le terrible Silver (chef cuistot unijambiste, mais également chef de la mutinerie). Voilà pour mon bref et rapide résumé.

J’ai vécu dans des pays qu’étaient d’vraies fournaises, et les gars tombaient comme des mouches, rapport à la fièvre jaune, et la terre tanguait comme la mer, à cause des sacrées tremblements de terre. Il y connaît rien, ton docteur, à des coins comme ça ! Eh ben si j’tenais l’coup, p’tit, c’est grâce au rhum, j’vivais que d’ça. Z’étions comme mari et femme, l’rhum et moi. Et si j’peux pas avoir d’rhum tout d’suite, j’suis plus qu’une vieille épave échouée sur la côte sous l’vent. Et t’auras ma mort sur la conscience, et ce crétin de toubib aussi.

Commençons par le moins important. La couverture du livre est très bien, c’est malheureusement assez rare, d’où ma remarque. Franchement, j’aime beaucoup, la composition est très réussie et même un peu audacieuse. Il faudrait que je dise aussi quelques mots sur la nouvelle traduction, mais très honnêtement j’en suis incapable, car je ne dispose pas du point de comparaison qu’il me faudrait. Aussi, je laisse parler l’éditeur qui prétend que : « jamais traduction française de L’Île au Trésor n’a été à la fois aussi complète, précise, amusante et vivante que celle qu’en propose aujourd’hui Jean-Jacques Greif ». Selon la presse, cette nouvelle traduction est aussi plus crue que l’ancienne et par conséquent plus proche du texte original. Par exemple, les pirates utilisent un langage argotique haut en couleur. Toujours est-il que le livre est extrêmement prenant. J’ai dévoré les 300 pages en deux jours. Dans ce roman d’aventures, il y a du rhum, des mines patibulaires, de l’héroïsme, du courage, des batailles, un brin de folie, des assassinats… Il manque peut-être un personnage féminin ? Certes, il y a la mère du jeune héros, mais celle-ci n’apparaît que très peu. Je me demande si les jeunes d’aujourd’hui apprécieraient ce texte au vocabulaire fouillé et riche de descriptifs en tout genre…

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(18 commentaires)

  1. Ça fait envie. Ta note de lecture est très enthousiasmante. Je pense que pour le même prix de vente, je vais plutôt me tourner vers les les éditions de l’Oxalide, qui proposent une version bilingue avec une nouvelle traduction (à 8 mains + un contributeur).
    A l’occasion je ferai une note de lecture et on pourrait en reparler.

    Aimé par 1 personne

  2. Eh bien moi, je n’ai jamais lu ce roman. De cet auteur, j’ai cependant goûté à son récit de randonnée dans les Cévennes. Le chemin qui porte son nom m’a guidé dans cet achat, et je n’ai pas regretté, car sa relation avec son âne est révélatrice de tellement de choses sur notre rapport à la vitesse, au temps qui passe, au destin, bref. C’est profond, alors qu’à l’origine, il s’agissait juste d’un carnet de voyage. Une belle oeuvre, au final. Et pour l’île au trésor, c’est une lacune qu’il me faudra combler un jour. Et cet article me donne bien envie de sauter le pas.

    Aimé par 1 personne

  3. Je l’ai lu en VO récemment, pour la première fois, et j’ai été plutôt agréablement surprise par ce livre plutôt étiqueté « jeunes lecteurs ». Plein de rebondissements (un peu trop pour être crédibles mais ça n’enlève rien au plaisir de lecture) et surtout j’ai trouvé ses personnages assez drôles, tant les méchants que les gentils un peu caricaturaux dans leur gentillesse! Mais je suis d’accord que ça manque un peu de personnages féminins.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s