La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch, de Ivan Mazuranic

La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch, de Ivan Mazuranic (Non Lieu) — ISBN-13 : 9782352701071 — 165 pages — 20 € — Genre : Terreur.

smail

L’an dernier (pour le mois consacré à la littérature d’Europe de l’Est) je n’avais pas présenté de livres croates. Il faut dire que très peu d’écrivains croates (en dehors de quelques contemporains qui ne m’intéressent pas) sont traduits en français. Et le peu qui l’est, je l’ai déjà lu.

Que faire lorsque l’on souhaite parler d’un livre qu’on a lu il y a quelques années déjà, mais que l’on ne désire pas relire malgré les idées vagues qui nous restent de l’histoire ? On fournit le résumé de l’éditeur (de même qu’un cours extrait) en essayant de donner son avis avec les souvenirs que l’on a conservé du livre. Je vais donc suivre mon conseil en commençant par retranscrire le résumé de l’éditeur.

Ivan Mazuranic (1814-1890), qui fut le premier ban (gouverneur) roturier de la Croatie alors sous administration austro-hongroise, est l’auteur d’un des chefs-d’oeuvre de la littérature de son pays, traduit en maintes langues étrangères, La Mort de Smail-aga Tchenguitch, un poème en cinq chants, composé de 1 134 vers. Inspirée d’événements réellement survenus dans la première moitié du XIXe siècle, La Mort de Smail-aga Tchenguitch raconte une histoire somme toute assez banale en son temps, représentative des rapports turco-monténégrins et, plus largement, turco-slaves au cours des siècles durant lesquels les Slaves du Sud vivaient sous la férule de l’Empire ottoman. Présenté comme un « preux », mais aussi comme un homme particulièrement cruel, l’aga Tchenguitch est un tyran d’Herzégovine qu’une compagnie monténégrine – dépêchée secrètement par le « seigneur » de Cetinje, Petar II Petrovic Njegos (1813-1851) – et des membres de la tribu Drobnjaci tuent en 1840 à Mljeticak, le jour où « la bête féroce » vient sur le territoire de cette dernière percevoir son tribut, le harac. Considéré comme un « chant de haine » par certains, La Mort de Smail-aga Tchenguitch l’est assurément, non pas d’incitation à la haine de son prochain, mais de haine contre la tyrannie et les tyrans, une haine libératrice que, aux yeux du poète, justifie l’atteinte à la liberté et à la dignité des peuples et des personnes commises par les puissants et les impérialismes.

Le sang coule à flots dans la plaine ; les Turcs, les yeux largement ouverts, se croisent les bras et s’étonnent devant cette agonie silencieuse ; ceux qui sont jeunes goûtent avec joie les tourments du Chrétien, et les vieux, en éprouvant une crainte obscure, croient déjà sentir d’avance les mêmes tourments de la main du raïa vengeur.
Le farouche aga s’assombrit de se voir obligé d’admirer, lui, le lion fier, le courage avec lequel sait mourir le rat de la montagne. Il n’a pas pu se venger autant qu’il le voulait, même sur les raïas prisonniers. Il les a anéantis de la manière la plus cruelle, mais il n’a pas pu désaltérer son cœur sanglant en les voyant mourir tous sans trembler et sans se plaindre.
Crains celui qui se voue à la mort sans peur et sans hésitation !

N’y allons pas par quatre chemins, je n’aime pas les poèmes épiques, ces textes qui narrent les exploits historiques ou bien mythiques d’un héros ou bien d’un peuple. Merci à Wikipédia pour la définition ! Quoi qu’il en soit, je ne suis pas en train de dire que le texte de Ivan Mazuranic est mauvais, mais tout simplement que celui-ci n’est pas fait pour moi. D’ailleurs, je n’aime pas plus l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, mais si vous avez apprécié cette épopée grecque je ne peux que vous inviter à lire la Croate. D’autant plus que tous les ingrédients si caractéristiques des poèmes épiques sont présents dans l’histoire de l’écrivain croate. De plus, « La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch », de Ivan Mazuranic, a l’avantage de ne contenir qu’un peu plus de 40 pages.

J’ai rédigé cette critique dans le cadre du « mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran ».

logo-epg

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(20 commentaires)

  1. je viens de relire avec mon petit fils « Gilgamesh » et j’ai beaucoup aimé cette épopée et j’aime beaucoup Homère mais je susi certaine que je ne lirai pas celle-ci qui t’a ennuyé au point de ne jamais vouloir la relire.

    Aimé par 1 personne

  2. On ne peut pas dire que tu donnes envie de lire le livre, même si tu finis par une note optimiste (les 40 pages) 🙂 Les épopées ne sont pas vraiment ma tasse de thé…
    Pour parler de la littérature croate, as-tu lu le livre de Sara Novic? Je l’ai, mais je ne l’ai pas encore lu.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas lu, je me méfie toujours des best-sellers et il me semble que son livre en est un. De plus elle est édité chez Fayard et là je me méfie encore plus 🙂

      J'aime

  3. Je ne mettrai pas l’ Iliade et l’Odyssée dans le même sac ! L’Iliade raconte la guerre et les héros, l’Odyssée raconte un voyage de retour et les souffrances d’un homme qui n’est plus seulement un héros. Ce qui fait que j’aime beaucoup L’Odyssée et j’ai plus de mal avec l’Iliade. C’est vrai que tes réticences ne donnent pas trop envie de lire ce livre. Encore que le texte cité a de la force et de la beauté ! Alors..

    Merci pour ton passage et tes encouragements dans mon blog. Tu vois, je reviens peu à peu. Et j’ai de la chance puisque je vais pouvoir participer au mois de mars de L’Europre de l’est. Je lis des livres d’auteurs hongrois en ce moment car je pars en mai à Budapest.

    Aimé par 1 personne

  4. Et bien, ça pourrait quand même me tenter. Ne faut-il pas avoir des connaissances historiques sur l’histoire des Balkans pour le savourer (ça fait partie de mes lacunes, pour être tout à fait honnête) ?

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne suis pas tentée, dommage, je n’ai jamais lu d’auteur croate… Et je pensais lire pour la 1e fois un roumain pour le Mois de l’Europe de l’Est, mais il s’agit d’un auteur certes né à Budapest, mais en réalité hongrois… la prochaine fois.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s