Aktion T4 : Le secret d’État des nazis : l’extermination des handicapés physiques et mentaux, de Michael Tregenza

Aktion T4 : Le secret d’État des nazis : l’extermination des handicapés physiques et mentaux, de Michael Tregenza (Calmann-Lévy) — ISBN-13 : 9782702141847 — 528 pages — 28,30 € — Genre : Économie sociale.

Aktion-t4

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre d’histoire qui traite d’un sujet moyennement connu : le programme T4. Pourtant ce dernier a fait environ 80 000 morts et probablement beaucoup plus selon l’historien anglais Michael Tregenza. Mais de quoi est-il question ? C’est ce que nous allons voir tout de suite…

Pour vous décrire en quoi consistait le programme Aktion T4 du Troisième Reich, je vais reprendre la présentation de l’éditeur, car elle est à la fois claire, précise et succincte.

Considérés par Hitler et ses proches comme des poids morts dans l’économie de guerre, les handicapés physiques et mentaux furent décrits auprès de l’opinion publique comme des êtres dont « la vie ne vaut pas d’être vécue ». De 1939 à 1943, le IIIe Reich mena à leur encontre une vaste entreprise de mise à mort. Le programme dit d’« euthanasie », ou T4 – en référence à l’adresse de l’administration : Tiergartenstraße 4, à Berlin –, fut élaboré par l’entourage du Führer dans une semi-clandestinité. Médecins, infirmiers, membres de la SS participèrent à cette opération, sous le contrôle du Kriminalinspektor Christian Wirth, et sous l’égide de proches d’Adolf Hitler (Philipp Bouhler, Viktor Brack, Martin Bormann…). Arrachés à leurs asiles, les malades furent conduits dans des centres spécialement aménagés en Allemagne et en Autriche (Grafeneck, Hartheim, Brandeburg, Hadamar…), où ils furent gazés puis incinérés. Plus de 100 000 personnes furent ainsi assassinées. L’« euthanasie » des malades mentaux et des handicapés allemands préfigure ainsi l’extermination systématique des Juifs mise en œuvre à partir de 1942. Michael Tregenza apporte ici une remarquable contribution à la connaissance du programme T4, basée sur l’étude approfondie de sources allemandes, autrichiennes et polonaises, et notamment les témoignages et les interrogatoires menés lors des procès des années 1940 à 1960. Il décrit l’élaboration de l’entreprise d’euthanasie, son fonctionnement et surtout ses responsables et ses exécutants.

L’Allemagne nazie (à l’aide du programme Aktion T4) voulait se débarrasser des handicapés en tout genre, parmi lesquels des épileptiques, car ils ne correspondaient pas au canon de beauté (et d’intelligence) de l’époque, mais aussi, car les handicapés coûtaient un pognon de dingue et qu’il fallait faire des économies. D’ailleurs, je n’ai plus le chiffre en tête, mais Aktion T4 a fait économiser un sacré paquet de reichsmarks à l’État allemand. Je ne vais pas refaire toute l’histoire du livre ici, mais il faut savoir que le programme fonctionnait tellement bien que l’objectif des 70 000 morts fut atteint très rapidement, en un peu plus d’un an. Les nazis organisaient des ramassages de bus auprès des hôpitaux et autres institutions afin d’emmener les malades dans des centres d’exécution. Pour cela, le Troisième Reich pouvait compter sur l’entière collaboration des médecins et infirmières qui ont continué d’exécuter les handicapés même après que le programme Aktion T4 fut officiellement arrêté. D’ailleurs, c’est pour cela que l’auteur de cet essai parle de plus de 100 000 morts. Cependant, les exécutions n’étaient plus comptabilisées après l’arrêt officiel du programme, car les médecins, qui euthanasiaient bénévolement les handicapés, n’avaient plus le soutien administratif de l’État central. Dure, dure la vie des docteurs i Aussi, il faut savoir que les nazis ont justifié le programme Aktion T4 à l’aide des écrits du grand philosophe allemand Friedrich Nietzsche, mais pas seulement. Si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseiller cet essai, il est complet et très bien documenté.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(16 commentaires)

  1. C’est un sujet tellement douloureux que je crois ne pas avoir le courage de le lire. Mais c’est important que cet essai existe car je pense que plus encore que la Shoa c’est un crime qui révulse le monde entier.

    Aimé par 1 personne

    1. Les docteurs étaient complètement persuadé du bien en fait de leur mission quasi divine. Il fallait éliminé toutes les bizarreries physiques et mentales pour améliorer l’homme Allemand. Un peu comme on sélectionne une race de chien 🙂 .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s