Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance, de Anne Kraatz

Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance, de Anne Kraatz (Les Belles Lettres) — ISBN-13 : 9782251338330 — 256 pages — 23 € — Genre : Pontifex Maximus.

luxure

Le Vatican, n’est pas un pays comme un autre, mais c’est surtout un état dont l’histoire m’intéresse. Aussi, il m’arrive de temps en temps de lire un essai sur ce pays qui possède, malgré ce que je dis dans ma précédente phrase, toutes les caractéristiques d’un pays normal. Par conséquent, j’ai jeté mon dévolu sur un essai publié en 2010 et c’est de celui-ci que je vais vous parler aujourd’hui.

« Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance », de Anne Kraatz, est un essai qui, comme l’indique son titre, s’intéresse à la société du Saint-Siège pendant la Renaissance. Certes, le sujet a été maintes fois traité, mais l’approche d’Anne Kraatz (docteur en histoire) est aussi surprenante qu’intéressante. Dans son essai, divisé en quatre grands chapitres, l’historienne montre que les papes étaient des souverains qui vivaient avec leur époque. Ainsi, malgré leurs nombreuses obligations religieuses, mais aussi politiques, auxquels les papes ne pouvaient échapper, ses chefs d’État, véritables Princes, ne se refusaient rien : ni le sexe, ni l’argent, ni le commerce… Par exemple, certains papes avaient des femmes légitimes ou non, mais aussi des enfants légitimes ou non, mais toutes les pratiques légitimes étaient pleinement assumées (sans que cela choque grand monde), et connues de tous à l’époque. D’ailleurs, les pratiques sexuelles des différents papes étaient aussi diverses que variées, tout le monde était susceptible d’y passer : femme, homme, enfant. De plus, le Vatican dépensait des sommes colossales afin de financer de somptueuses réceptions, mais aussi des projets artistiques en tous genres. Enfin, on apprend aussi que la torture, mise à mort, et autre joyeuseté du même acabit étaient pratiquées par les sbires du Vatican. Au milieu de tous ces rappels historiques, l’auteur Anne Kraatz s’efforce de démontrer que certaines pratiques papales, encore plus folles que celles que je viens d’énumérer, ne font partie que de la légende (urbaine), une légende perpétuée par les opposants aux papes. À partir de tous ces exemples, et de nombreux autres, l’historienne Anne Kraatz défend deux thèses. La première étant que les papes, tels des politiciens hors pair, ont su s’adapter et évoluer avec leur époque. La seconde étant que le luxe et la luxure à la cour des papes (pour reprendre les termes du titre) ont participé à l’essor artistique et intellectuel de la Renaissance.

Collectionner, amasser même, pourrait-on dire, les bijoux et notamment les pierres précieuses étaient justement la passion du pape Innocent VIII, sans doute l’un des plus dépensiers de tous les papes de l’époque qui nous occupe. Il était père de plusieurs enfants et se montra indulgent à l’excès envers eux.

L’essai d’Anne Kraatz est extrêmement intéressant, il est riche d’informations et d’anecdotes en tous genres. De plus, le livre de l’historienne française est très accessible, d’autant plus que l’auteur, dans un premier chapitre, rappelle ce que signifie être Pape pendant la Renaissance. Finalement, l’époque était plutôt libre, car toutes les pratiques pouvaient être absoutes par l’église, ce que cette dernière fera, aussi, moyennant finance, afin de renflouer les caisses de l’État. De plus, j’ai plus d’une fois été surprise en lisant ce livre d’histoire, comme en apprenant l’inscription en lettres arabes du nom de Mahomet sur la porte d’entrée du Vatican, c’est même le point de départ du livre, mais aussi que les hommes d’Église, jusqu’au jour où cela fut interdit par une ordonnance du Pape, dirigeaient en toute légalité des maisons closes. Par conséquent, si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous encourager à découvrir cette cour des papes de la Renaissance.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(29 commentaires)

  1. Le livre doit être fort intéressant. Tu me fais soupirer Goran, j’aurais bien envie de le lire celui-là, mais quand ? Tu me frustres, mon ami ! J’avais regardé (dévoré serait plus juste) la série des Borgia, qui, malgré quelques anachronismes, était fort explicite sur la vie « luxuriante » des papes. J’aurais voulu approfondir… Aurais-tu un livre sur cette famille à me conseiller ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s