Les Cerisiers du Japon, de Tae-jun Yi

Les Cerisiers du Japon, de Tae-jun Yi (Decrescenzo) — ISBN-13 : 9782367270043 — 203 pages — 15 € — Genre : Réalisme Nord-coréen. ✮✮✮✮

cerisier

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre rédigé par un auteur coréen. D’ailleurs, bien que né en Corée du Sud, j’ai rangé l’écrivain Tae-jun Yi parmi les écrivains nord-coréens. Ma classification n’est peut-être pas judicieuse, mais je vais m’en expliquer et vous pourrez juger par vous-même. Toujours est-il que moi, cela m’a semblé judicieux. Et d’ailleurs la Corée du Nord, c’est un pays à la mode en ce moment.

Comme promis, je vais commencer par vous dire quelques mots sur l’écrivain Tae-jun Yi. Ainsi, ce dernier est né le 4 novembre 1904 en Corée du Sud. Tae-jun Yi, surnommé le Maupassant coréen, décide, peu après la Seconde Guerre mondiale et à la suite d’un long voyage à travers la Russie communiste, de s’installer avec toute sa petite famille en Corée du Nord. D’ailleurs, pendant la guerre de Corée, l’auteur désormais nord-coréen sera interrogé par le gouvernement de son pays de naissance sur ces prises de position politique. À la suite de cet interrogatoire, Tae-jun Yi sera expulsé et interdit de territoire sud-coréen. Aussi, comme me l’apprend l’éditeur, l’écrivain désormais nord-coréen devient un auteur majeur dans son nouveau pays d’adoption. Tae-jun Yi publia une soixantaine de nouvelles et 18 romans avant de disparaître, mystérieusement, vers 1956 ou bien 1970 (la date de son décès n’étant pas très clair). Par conséquent, si je parle de Tae-jun Yi comme d’un écrivain nord-coréen, c’est parce que ce dernier a décidé de le devenir en s’y installant définitivement. Maintenant que les choses sont un peu plus claires, il me semble, venons-en à l’essentiel à savoir le titre que je critique et qui n’est pas un roman, mais un recueil de nouvelles. Comme vous le savez, j’ai toujours un peu de mal de parler des recueils de nouvelles, mais je vais essayer de vous donner une idée générale de ce que j’ai ressenti après ma lecture. Ainsi, ce recueil de nouvelles est constitué d’environ une dizaine de textes relativement courts, puisque la plupart font entre 10 et 20 pages. Les textes grâce auxquels on découvre la Corée d’époque, ses us et coutumes, sont tous marqués par un certain goût que je nommerai : « doux amer ». Et comme l’auteur coréen est comparé à Guy de Maupassant, j’en viens tout naturellement à penser au titre : « Boule de suif ». Effectivement, comme dans « Boule de suif », les textes de ce recueil de nouvelles nord-coréens contiennent des chutes dures, cyniques. Réaliste !

Un bruit d’eau qui tombe par terre s’éleva derrière la palissade de la maison voisine. Le bruit était assez fort pour attirer l’attention de Chost Ahn, absorbé à compter sur ses doigts ; il scruta alors le trou de l’évier par-dessus ses lunettes dont l’une des branches était remplacée par un bout de ficelle de papier. Son regard était aussi fixe que celui d’un coq sur le point de picorer des graines. Toutes sortes de détritus étaient emportées dans l’eau blanchâtre qui avait servi à rincer le riz – des morceaux de courgette, des coquilles d’œuf, des cosses de haricot mungo…

Vous l’aurez compris, j’ai bien aimé ce recueil de nouvelles. J’ai passé de bons petits moments avec des histoires riches et variées. L’ensemble se lit relativement vite. Effectivement, le livre ne fait qu’à peine 200 pages. Je ne vais pas revenir sur les thèmes des différentes histoires, mais voici les titres que vous pourrez lire : « L’histoire d’une rêveuse », « Le bonheur Ombre », « Pays natal », « R.A.S », « Les Cerisiers du Japon », « La saison des pluies », « L’agence immobilière », « Un chemin dans la nuit », « L’histoire des lapins », « Le soleil couchant ». J’espère que vous aimerez tout autant que moi.

Qu’en pensez-vous ? Merci de m’avoir lu.

(18 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s