In memoriam, de Paul Léautaud

In memoriam, de Paul Léautaud (Sillage) — ISBN-13 : 9791091896474 — 80 pages — 8,50 € — Genre : Mon père ce con ou pas. ✮✮✮✮✮

memoriam

C’est la première fois que je lis Paul Léautaud, j’ai hésité entre plusieurs titres et puis je me suis lancé dans « In memoriam » édité chez Sillage, une maison d’édition que je découvre aussi et que je ne connaissais, jusqu’ici, que par son nom. J’en ai d’ailleurs profité pour acheter deux autres livres dans cette maison d’édition, deux livres dont je vais peut-être vous parler dans un futur article.

« In memoriam » est un livre de Paul Léautaud qui est paru, pour la première fois, en 1905 (soit deux ans après la mort du père de l’auteur), c’est ce que j’apprends à l’aide de la présentation des éditions Sillage alors que Wikipédia parle d’une première publication en 1956. Toujours est-il que l’homme qui s’exprime dans ce petit livre de 80 pages semble avoir un âge avancé, ce qui n’est peut-être pas le cas. Pourquoi avoir ressenti cela ? Tout simplement, car le narrateur, qui n’est autre que l’auteur, commence par parler de solitude naissante (à cause des morts qui de plus en plus souvent croisent son chemin). D’ailleurs, son père vient de décéder et c’est ce qui le pousse à prendre sa plume pour nous parler de son enfance, de sa vie familiale, de sa mère bien sûr, mais aussi, et surtout de son père. Aussi, dans ce roman autobiographique (il me semble), l’auteur, Paul Léautaud, parle essentiellement de son enfance, mais aussi des derniers instants de son père. Il faut dire que l’enfance du jeune Paul Léautaud fut assez mouvementée. En effet, abandonné par sa mère et délaissé par un père homme de théâtre et coureur de jupons, le jeune Paul Léautaud a été élevé par une bonne et ensuite par une belle-mère pas beaucoup plus vieille que lui (c’est que le père avait toujours été attiré par les petites jeunettes). Ainsi, de souvenirs en souvenir Paul Léautaud s’interroge sur sa famille, sur son père… Qui était celui-ci malgré ses nombreux défauts et ses rares qualités ? Et sa mère, cette femme qu’il connaît à peine, qui est-elle ? Ce sont des questions auxquelles l’auteur ne répondra pas vraiment, sauf à travers des souvenirs d’enfance, bien que tristes, pas toujours malheureux (même si un manque se fait sentir). Voilà comment le livre débute…

Je viens encore de voir la mort de près. Signe que l’on vieillit, quand le nombre de nos morts s’augmente. Ma vieille bonne Marie en 1887 ou 88. Ma Tante Fanny il y a bientôt deux ans. Mon père, à présent ! Un jour ou l’autre, dans plus ou moins de temps, la créature délicieuse qui m’a donné le jour. Aujourd’hui un ami par-ci par-là… Je deviens de plus en plus un homme seul, au point de son feu ou dans des music-halls, un cigare à la main et plein de rêveries. Quelle tranquillité !

« In memoriam » est donc un roman marqué par une certaine mélancolie, mais aussi avec beaucoup d’ironie et je dirais même avec une certaine aigreur. Enfin, il me semble, c’est en tout cas ce que j’ai ressenti… Effectivement, la mort du père est presque attendue avec une certaine impatience. Mais peut-être s’agit-il simplement d’un masque, un masque qui sert à cacher la tristesse de l’auteur ? Et que dire du style d’écriture de l’auteur ? Fabuleux ! Mais aussi à la fois complexe et limpide, c’est une vraie belle plume. Cette dernière est extrêmement travaillée, maîtrisée… Le roman se lit facilement et vous aurez fait le tour des 80 pages en une heure, peut-être un peu plus si vous prenez votre temps pour savourer les lignes qui s’enchaînent. Je vous invite vraiment à lire ce court roman de Paul Léautaud, il est d’une rare intensité. Certes, le roman ne compte pas même 80 pages, mais il paraît que la taille ne compte pas… Quoi qu’il en soit, je vais poursuivre avec cet écrivain en me procurant très prochainement les deux titres suivants : « Le petit ami », « Amours ».

Qui a déjà lu Paul Léautaud ? Qu’en avez-vous pensé ? Qui aime les histoires qui sentent bon la nostalgie ?

10 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s