Une révolution au jour le jour, de Zusman Segalowicz

Une révolution au jour le jour, de Zusman Segalowicz (Interférences) — ISBN-13 : 9782909589350 — 180 pages — 17 € — Genre : Derrière la fenêtre des bolcheviks. ✮✮✮✮✮

zusman

Parfois, il m’arrive de tomber sur des pépites littéraires, complètement par hasard. Ainsi, c’est en me baladant entre les rayons d’une librairie bien connue que j’ai repéré ce petit livre aux éditions Interférences. Généralement, je ne craque pas aussi facilement, mais comme quoi tout arrive… Je me suis laissé porter et par chance je ne me suis pas trompé. Venons-en à l’essentiel, le livre.

Comme il me semble que l’auteur Zusman Segalowicz n’est pas très connu, je vais commencer par dire quelques mots sur ce dernier avant de parler du livre. En tout cas, je ne connaissais pas cet écrivain d’expression yiddish. Ainsi, Zusman Segalowicz est né en Pologne en 1884 et meurt à New York en 1949. Ce dernier a entrepris une carrière littéraire en 1920, après son retour en Pologne, à la suite de son enrôlement en 1916 dans l’armée russe. Aussi, il me semble qu’ « Une révolution au jour le jour » est le seul roman traduit en français de l’écrivain polonais. Quoi qu’il en soit, je n’ai rien trouvé sur Internet concernant cet écrivain né dans une Pologne qui faisait alors partie de l’empire russe. Dans une révolution au jour le jour l’auteur décrit la Russie de 1914 à la prise du pouvoir des bolcheviks. De Moscou à Petrograd, en passant par Kiev et la Crimée, l’écrivain Zusman Segalowicz décrit ce qu’il observe, d’une manière délicate, triste et détachée, comme le ferait une personne qui regarde ce qui se passe à travers la fenêtre de son logement, coincé de l’intérieur ou bien et craintif de l’extérieur. Effectivement, le narrateur est un fin observateur de son époque, il voit la mort, il voit les batailles, il voit la neige, il voit la fuite et l’exode des juifs, il voit les malades, il voit la faim, il voit les femmes qui pleurent, il voit les hommes qui souffrent, il voit tant de choses dans ce pays en pleine mutation… Par conséquent, c’est dans une sorte de journal intime que l’auteur met en exergue les scènes quotidiennes auxquels il assiste, mais auxquels il ne participe pas, comme si tout ceci ne le concernait pas. Comme les nouveaux maîtres sont étranges, comme les anarchistes semblent si particuliers… Il y a tant à voir et à dire sur cette étrange société qui naît.

Ou peut-être qu’un ouvrier a rapporté l’ours chez lui après l’avoir acheté pour ses enfants. Lesquels ont joué avec l’animal dans leur sous-sol misérable. Et dans ce logement où règnent la pénurie et la misère, les enfants jouent et hurlent, suscitant une exaspération constante. Peut-être que leur mère, agacé par leurs cris, les a frappés avec leur jouer, sans se douter que son salut était enfoui à l’intérieur du même petit ours.

J’ai énormément aimé ce petit livre qui fait environ 180 pages et qui se lit très facilement. Au fur et à mesure de la lecture, il y a une sorte de mélancolie qui s’installe, c’est ce que j’ai ressenti. L’écriture est délicate, presque poétique, c’est peut-être cette poésie qu’il fallait justement pour décrire ce monde fou qui s’installe. Impossible, il me semble, de ne pas être happé par l’écriture de l’écrivain. Zusman Segalowicz croque le quotidien de ces hommes et femmes qui s’agitent, tel un artiste, à la fois de manière très réaliste, mais aussi emphatique. Ainsi, le trait est bref, précis, mais aussi en un sens flatteur, car passionnel. Et pourtant, le pays dont nous parle l’écrivain n’a rien d’envieux, c’est même tout l’opposé. Quoi qu’il en soit, l’écrivain réussit à nous faire voir et comprendre un pays et une époque, comme si nous y étions. J’ai vraiment l’impression d’avoir vécu en huis clos, quelques jours avec l’auteur, des moments intimes avec un homme mort, voilà bien des années. Merveilleux ! J’en redemande ! J’espère vraiment que l’éditeur va nous proposer d’autres titres de Zusman Segalowicz.

Qui aime lire les témoignages de cette période trouble de l’histoire russe ?

(20 commentaires)

  1. Je note immédiatement ce titre . Je ne connaissais absolument pas. Et c’est vrai que pendant la période soviétique on a su que peu de choses sur la vérité de la révolution russe. Les souvenirs reviennent souvent de façon tragique.

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de finir Avant et après de Vladimir Charov, qui est une réécriture moderne des faits de la révolution avec une narration parfaitement maîtrisée. DU coup, je suis un peu repartie sur la révolution russe donc je note ce titre (et en plus les éditions interférences, tout de même)

    Aimé par 1 personne

  3. C’est une période que j’ai en effet beaucoup de mal à cerner et ce n’est pas faute de me documenter mais je me sens perdue. Voilà un livre qui m’intrigue, merci encore pour la découverte 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s