La cité des fous, de Marc Stéphane

La cité des fous, de Marc Stéphane (L’Arbre vengeur) — ISBN-13 : 9782916141213 — 252 pages — 14,20 € — Genre : Dingo. ✮✮✮✮✮

C’est sur le blog de Sandrine que j’ai découvert ce livre. Je la remercie donc pour cette belle proposition. Aussi, malgré mon enthousiasme, j’ai pourtant hésité longtemps avant d’écrire une critique de ce livre, car celle de Sandrine est tellement bien rédigée qu’il est compliqué de passer derrière elle… Je me suis un peu forcé et j’espère réussir à vous donner envie (à défaut de faire aussi bien que Sandrine).

Commençons par parler un peu de moi, non pas que je sois fou (je le suis peut-être, mais dans ce cas comment s’en rendre compte ?), mais ce que je souhaitais dire, c’est que je me suis toujours intéressé au sujet de la folie. C’est en lisant « L’histoire de la folie à l’âge classique » de Michel Foucault que j’ai commencé à m’intéresser à la question. Par conséquent, lorsque j’ai vu passer le livre : « La cité des fous » sur le blog de Sandrine, je ne pouvais pas ne pas m’y intéresser. Mais revenons-en au sujet principal… De quoi parle le livre ? Ainsi, dans « La cité des fous », l’auteur français Marc Stéphane témoigne d’un endroit qu’il connaît bien pour y avoir passé quelque temps, à savoir l’établissement Sainte-Anne. Comme vous l’aurez compris, Sainte-Anne est le nom d’un asile psychiatrique bien connu et c’est dans cet endroit que séjourna, pendant environ trois mois, Marc Stéphane. Aussi, c’est à travers les divers portraits dressés par l’écrivain – de différents protagonistes – que nous découvrons de manière humoristique le lieu lugubre que fut Sainte-Anne. Et dans cet univers qui vit à huis clos il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, malades comme soignants (docteurs et infirmiers), tous sont complètement chtarbés, mais aussi attachants. Cependant, ces fous ne sont pas tous logés à la même enseigne, il y a les méchants fous, les gentils fous et tant d’autres obsédés, cradingues, etc. L’auteur n’est pas avare en descriptions diverses et variées d’un quotidien pourtant routinier, mais pas exempt d’anecdotes drôles et folles. Ainsi, se faire prendre la température n’a jamais été aussi drôle que dans ce très bon petit livre de Marc Stéphane, un écrivain que je vais continuer à lire. L’arbre vengeur publie d’ailleurs : « Un drame affreux chez les tranquilles » ce qui est la suite, il me semble, du titre que je critique dans ce billet.

Moi, qui me remémore aussitôt l’infirmerie réglementaire, je lui dis en offrant l’aisselle : « Aboulez votre thermo, mon ami. – Ah ! mais non, la température ne se prend plus sous le bras, à Sainte-Anne. – Et où ça, donc ? » Le pauvre Céphas devient écarlate, et bégaye : « Dans l’anus ! – C’est sérieux ? – Très sérieux, Monsieur Sainthy. » D’un bon, je me retourne en flanc, offre une pierre d’évier dont je n’ai mie à rougir. « Va-z’y, Léon !… » Aïe ! Singulière coutume, tout de même, et je commence à croire que la loufoquerie est contagieuse, céans…

Enfin, il est impossible de parler de ce livre sans dire quelques mots sur le style d’écriture de l’auteur. Effectivement, Marc Stéphane manie la langue et l’argot parisien de fort belle manière. L’éditeur parle de Marc Stéphane comme d’un Céline avant l’heure. Il est vrai que le style argotique et bigarré des deux auteurs se ressemble un peu, mais je n’irais pas jusqu’à dire que Marc Stéphane pourrait faire pâlir Céline. Toujours est-il que si vous aimez Céline vous aimerez Marc Stéphane. Aussi, comme j’apprécie Céline, ce livre ne pouvait que me plaire. Alors certes, je ne suis pas un grand adepte des histoires drôles, mais ici le style de l’écrivain rend l’ensemble jouissif. Quel style ! J’adore ! Il m’a mené, à lui seul de bout en bout, sans jamais m’ennuyer. Enfin, je conclus en disant que le texte est agrémenté de plusieurs illustrations réalisées par Alain Verdier. Ces dernières sont présentes à chaque début de chapitre, et même un peu plus…

Qu’en pensez-vous ? Qui aime le style de Céline ?

(25 commentaires)

  1. Moi aussi je suis assez intéressée par le sujet de la folie, et une écriture « célinienne » n’est pas pour me déplaire 🙂
    J’ai tendance à penser que les lieux fermés comme les asiles, pensionnats, prisons, etc. sont des lieux très romanesques.

    Aimé par 1 personne

  2. Allez, je crois fort que je vais me laisser tenter. Parce que la folie… Voilà, j’ai noté le nom sur un petit bout de papier, j’ai vu que le livre est dispo dans la librairie où je vais aller tout à l’heure, et de fil en aiguille, possible que j’achète aussi Comme des fous – Folie et trauma dans Tristram Shandy, parce que ceci, parce que cela. Je vais encore revenir chargée… merci Goran !

    Aimé par 1 personne

  3. Quel plaisir pour moi de t’avoir fait découvrir un livre que tu as apprécié. C’est mon plus grand plaisir de blogueuse : être un modeste intermédiaire (qui ne mérite pas tant de louanges, mais merci !) vers des livres et surtout vers des éditeurs moins médiatisés mais tout aussi intéressants que l’est L’Arbre vengeur.
    Merci pour le lien et pour ces découverte que toi-même nous proposes.

    Aimé par 1 personne

  4. J’avais aussi noté ce titre sur son blog. La folie, quel vaste sujet ! La folie me passionne depuis toujours, tout en me faisant peur. J’ai effectué plusieurs stages en psychiatrie et après l’avoir côtoyée de très (trop) près j’ai préféré l’étudier de loin ^^
    Bref, après tes éloges qui succèdent à ceux de Sandrine je ne peux que céder 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Je note précieusement, c’est une belle découverte merci Goran !
    J’ai dans ma bibliothèque quelques ouvrages sur les fous, car comme toi je suis un peu toc toc 😉 , notamment « Chez les fous » d’Albert Londres et une BD super drôle, humaine et intéressante « HP » de Lisa Mandel ; je te la conseille même si je sais que tu ne lis pas de bd

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s