Messaouda, de Abdelhak Serhane

Messaouda, de Abdelhak Serhane (Points) — ISBN-13 : 9782020530507 — 213 pages — 6,30 € — Genre : Catin. ✮✮✮✮

messouda

Le Salon du livre parisien approche et comme promis je vous présente un second livre marocain, mais cette fois-ci je vais parler d’un auteur contemporain vivant. Cependant, comme je n’aime pas faire les choses comme tout le monde, j’ai décidé de vous parler d’un auteur qui n’a pas été convié. En effet, parmi les 34 écrivains marocains invités, il n’y aura pas d’Abdelhak Serhane à Paris.

La première chose qui m’a marqué en lisant « Messaouda » de l’auteur marocain Abdelhak Serhane, c’est que l’histoire ressemble étrangement beaucoup à celle contée par Mohammed Choukri dans son livre « Le pain nu ». Ainsi, dans les deux livres on retrouve la détestation du père, dans les deux livres on retrouve de nombreuses scènes de sexe, dans les deux livres il est question de la pauvreté, dans les deux livres il est question, en toile de fond, de l’indépendance du Maroc. Cependant, le livre d’ Abdelhak Serhane est bien moins violent que celui de Mohammed Choukri, même s’il est, par moment, tout aussi cru. Je commence même à me demander si l’histoire d’Abdelhak Serhane ne serait pas tout aussi autobiographique que celle racontée par Mohammed Choukri. Comme vous l’aurez compris, « Messaouda » raconte l’histoire, à travers le regard d’un jeune garçon qui finit par devenir homme, d’une famille pauvre, maltraitée par un père tyrannique, et dans laquelle les femmes n’ont qu’un rôle secondaire. Ces dernières ne servent qu’à enfanter et à donner du plaisir, tout naturellement c’est auprès de « Messaouda », la prostituée du village visité partout les hommes des alentours, que l’enfant deviendra homme. Ainsi, ce roman raconte le destin et la survivance d’un pays, mais aussi celle d’une famille pauvre de la ville d’Azrou. Le narrateur est un enfant en colère qui devient un adolescent insoumis, un jeune homme qui refuse sa condition, qui refuse son quotidien, sa vie… Ce dernier est le témoin et rapporteur d’un pays qui change, un pays qui marche vers son indépendance. « Messaouda » parle d’un monde cruel et en mutation. Le texte est très bien composé…

J’étais l’infortuné de la terre, le dangereux qu’il fallait écarter, éloigner à n’importe quel prix, qu’il fallait mater. Et j’étais le plus faible.
Je passais toutes les journées de Dieu assis en tailleur sur une natte humide et nauséabonde, serré avec les autres bambins du quartier, ânonnant, frappant du poing fermé la surface de la planche polie, pleurant silence, répétant la même chose mécaniquement des centaines de fois, souffrant le martyre…

Effectivement, l’écriture d’Abdelhak Serhane est fort intéressante. Ainsi, « Messaouda » compte beaucoup de descriptions et de métaphores. « Messaouda » est le genre de livre que l’on peut aisément citer. Au fur et à mesure de ma lecture, je me suis dit, à plusieurs reprises, que je pourrais citer tel ou tel passage pour ma critique. En effet, je n’avais que l’embarras du choix. Cependant, le style d’Abdelhak Serhane n’est pas que cela… Ainsi, l’auteur marocain rythme son histoire de manière différente tout au long du livre. Dans un premier temps, les chapitres sont courts et nerveux et c’est aussi dans ce premier tiers qu’apparaissent les passages les plus crus, les plus explicites. Le style est assez direct, ce qui n’est pas fait pour me déplaire. Ensuite, le rythme ralentit et l’on a droit à un très long chapitre. Enfin, l’écriture d’Abdelhak Serhane accélère de nouveau, mais bien que les passages de sexe soient toujours présents, ces derniers sont moins oppressants, moins crus… Toujours est-il que le style de l’auteur est captivant. D’ailleurs, je suis impatient de me procurer la suite, car il y a une suite à ce roman dont le titre est : « Les enfants des rues étroites ».

Qu’en pensez-vous ? Peut-être connaissiez-vous ce roman ? Avez-vous d’autres auteurs marocains à me conseiller ?

(18 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s