La quête, de Naguib Mahfouz

La quête, de Naguib Mahfouz (Denoël) — ISBN-13 : 9782207245163 — 224 pages — 17,80 € — Genre : Bâtard. ✮✮✮✮

la-quete

« La quête » est le titre d’un roman rédigé en 1965 par l’écrivain égyptien Naguib Mahfouz. Ce dernier, qui est considéré comme l’un des plus grands écrivains égyptiens contemporains, a reçu le prix Nobel de littérature en 1988. Aussi, la trilogie du Caire est jugée comme son œuvre la plus importante, mais, maintenant que je vous ai parlé brièvement du « Zola du Nil », revenons-en au titre que je chronique ici…

Une femme meurt. On comprend que celle-ci a été en prison, sans doute pour prostitution. En effet, cette dernière a travaillé dans une maison close. Sur son lit de mort, la femme avoue à son fils que son père, un notable, n’est pas celui qu’il croyait et surtout que celui-ci est bel et bien vivant. La pauvre mère ne connaît que le nom de l’homme qu’elle a jadis aimé, mais qu’elle a aussi décidé de quitter. Aussi, elle conjure son fils de retrouver son père, un homme qui pourra l’aider et qui ne connaît pas l’existence de son fils… Le jeune homme obéit, car il aime sa mère plus que tout, mais aussi, car il ne sait rien faire de ses dix doigts. Choyé par sa mère, ce fils, éternel enfant, n’a jamais manqué de rien et n’a jamais dû travailler. D’ailleurs, le jeune homme possède juste assez d’argent pour ce qu’il espère une quête rapide, celle de retrouver son géniteur. Ainsi, Sabir, qui a dû partir pour Le Caire, s’installe dans un petit hôtel pas trop cher, mais comme ces moyens sont limités il décide de ne pas perdre de temps… À partir d’un annuaire, il cherche le nom de son père et aussi, passe des annonces régulières dans la presse. Dans cette ville étrange qu’il ne connaît pas, le jeune homme va se laisser porter, comme il a toujours été, par deux femmes. La première est douce et bien intentionnée tandis que la seconde est dure et traîtresse. Sabir est une chiffe molle, c’est un homme qui ne connaît rien de la vie et qui ne sait à quel saint se vouer.

Les minutes s’écoulèrent dans la rage et l’anxiété. Non, jamais il n’avait subi une telle humiliation. L’humiliation du désir avide. L’humiliation de la quête vaine. L’humiliation de la hantise de l’humiliation… Cette nuit-là fut semblable à la précédente, insomnie, rancœur et migraine.

Le livre de Naguib Mahfouz est un excellent roman à l’ambiance poussiéreuse. Le personnage principal, un traîne-savate à la recherche de son père, passe ses journées à errer dans les rues du Caire, dans les rues poussiéreuses d’un monde quasi mystérieux. Sabir, ne sait rien faire et il ne cesse de le répéter, il cherche, il cherche, il cherche… Mais que recherche-t-il vraiment ? Son père ? Ou alors l’espoir d’une vie meilleure ? Ou bien du but de sa vie et de son existence ? D’espoir en désespoir, le jeune homme oisif n’aura d’autre but officiel que celui de retrouver son père, c’est sa mère qui lui a demandé… Pour vivre, quoi de mieux que d’avoir un père notable ? Surtout lorsqu’on est bon un rien, mais peut-être bon à marier ? À devenir gigolo ? Sabir est un homme tourmenté qui ne cesse de se raccrocher à l’espoir de retrouver son père, d’un monde meilleur, de se marier… Il s’agit d’un jeune homme qui croit en tout, mais pas en lui-même. L’auteur égyptien rend merveilleusement bien compte de cette quête solitaire et désespérée. Le style d’écriture de Naguib Mahfouz a un petit quelque chose que je ne saurais décrire, mais qui donne une ambiance particulière à son histoire. Le roman se lit assez rapidement et contient de nombreux dialogues aux phrases relativement brèves. L’auteur va à l’essentiel et du coup je me demande pourquoi ce dernier fut appelé le « Zola du Nil »…

Qu’en pensez-vous ? Qui a déjà lu cet auteur égyptien ?

(17 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s