Barabbas, de Pär Lagerkvist

Barabbas, de Pär Lagerkvist (Stock) — ISBN-13 : 9782234061743 — 161 pages — 17,25 € — Genre : Le pote à Jésus. ✮✮✮✮✮

barabbas

Cela fait des années que ce livre traînait sur ma liste de livres à lire et je me suis enfin décidé à me procurer ce roman suédois. Aussi, c’est en grande partie grâce à ce texte relativement court (mais ô combien intéressant) que l’auteur a obtenu le prix Nobel de littérature. Mais de quoi parle ce livre qui porte le nom légendaire de Barabbas ?

Barabbas est un personnage biblique qui apparaît dans l’Évangile selon Mathieu et qui est relativement connu puisque c’est lui qui fut libéré à la place de Jésus, lorsque le préfet de Judée, Ponce Pilate, demanda à une foule en délire qui il devait libérer : Jésus ou bien Barabbas ? La suite de l’histoire vous la connaissez aussi bien que moi, puisque Jésus fut crucifié et donc Barabbas libéré. Depuis, Jésus est devenu une célébrité planétaire alors que le pauvre Barabbas, son pote de galère, est un peu tombé dans l’oubli. Comme quoi le destin d’un homme tient parfois à peu de choses. Mais c’est là qu’intervient l’auteur suédois Pär Lagerkvist, qui a eu l’excellente idée de rédiger l’histoire fictive de Barabbas, une histoire qui commence le jour où celui-ci fut gracié par la grâce de Dieu, c’était bien entendu de l’humour. J’ai préféré le préciser pour ne pas froisser la veuve et l’orphelin. Généralement, je ne suis pas un grand adepte des histoires fictives, mais j’ai trouvé l’idée de l’écrivain suédois vraiment excellente. Ainsi, Barabbas, qui n’est autre qu’un brigand de la pire espèce, est libéré. L’homme est heureux, forcément il a failli y passer, alors il fête sa victoire comme il se doit, avec des filles de joie (j’adore cet intitulé) et de l’alcool en grande quantité. Tous ses amis sont présents… Sauf que très vite Barabbas va déchanter. Effectivement, nous sommes à l’aube du christianisme et cette religion gagne peu à peu du terrain pour comme on le sait, finir par s’imposer face aux anciennes croyances romaines. Aussi, à chaque coin de rue, Barabbas est reconnu comme étant celui à cause de qui le fils de Dieu fut tué. La joie ressentie par le brigand lors de sa libération, comme vous pouvez l’imaginer, n’aura duré qu’un temps, à peine celui de cuver son vin. Et cela ne prend généralement pas longtemps… Croyez-moi ! C’est donc l’histoire de Barabbas, un homme qui porte, lui aussi, sa lourde croix, que Pär Lagerkvist nous conte. Et de fort belle manière…

– Quels sont les fous qui croient à ça ? reprit Barabbas, et la cicatrice sous son œil devint plus rouge, comme dans toutes les grandes circonstances. Le fils de Dieu ! Il est évident qu’il ne l’était pas ! Crois-tu que le fils de Dieu descendre sur la terre ? Et se mettre à prêcher dans ton pays !
– Oh !… Pourquoi pas ? Ce n’était pas impossible. Aussi bien là qu’ailleurs. C’est un pauvre petit pays, évidemment, mais il faut bien commencer quelque part.

L’écrivain suédois s’intéresse à une époque, celle du début du christianisme, mais aussi à un Barabbas. J’ai bien aimé les passages où les hommes et femmes s’interrogent et se questionnent sur l’homme qui a été crucifié. Jésus est donc le fils de Dieu ? Ce n’est pas possible, diront certains, tandis que d’autres, toujours plus nombreux, finiront par convaincre les plus récalcitrants. Le second point extrêmement intéressant du livre est la justesse avec laquelle Pär Lagerkvist décrit la psychologie de son personnage principal. Il s’agit d’un homme tourmenté, qui n’arrive pas à croire que le fils de Dieu fut tué à sa place. C’est tout de même lourd à porter comme expérience, vous ne trouvez pas ? C’est donc à travers le regard de Barabbas que l’on observe le monde qui change, au grand dam de cet homme qui passera sa vie à s’interroger et à douter. Barabbas est un livre à la fois intéressant et troublant…

Qui aime les histoires fictives ? Quels autres livres de ce genre pouvez-vous me conseiller ? Qui a déjà lu ce texte et qu’en avez-vous pensé ?

(31 commentaires)

  1. Les débuts du christianisme me passionnent, tout comme l’histoire de l’Église d’ailleurs : comment un pauvre type a réussi à faire de sa vie un tel buzz, sans internet et les réseaux sociaux, c’est incroyable !! Comment, plus sérieusement, une bande de quasi loqueteux a si bien répandu sa foi que quelques siècles plus tard elle dominait les corps et les âmes ? C’est fascinant…
    Dans le même esprit, je crois, que le roman que tu nous proposes aujourd’hui (même époque, même personnages), j’ai lu par exemple « Jude, frère de Jésus » de Françoise Chandernagor ou bien, dans un registre bien plus humoristique, « Les aventures miraculeuses de Pomponius Flatus » d’Eduardo Mendoza

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu ce livre il y a bien longtemps et avec grand plaisir. C’est effectivement une lourde croix que porte le pauvre Barrabas, celle de la crucifixion à laquelle il a a échappé et qui, d’une certaine façon, le ronge.

    Aimé par 1 personne

  3. Quand j’avais une petite vingtaine d’années, j’avais essayé d’écrire un long poème épique sur Barrabas, c’était un peu la même idée que le livre dont tu parles … mais mon poème était mauvais et j’ai fini par le jeter 🙂
    C’est dire si je suis intriguée et intéressée par ta chronique !

    J'aime

  4. Ah tiens, Barabbas, quand j’étais petite fille je lui donnais le visage d’Antony Quinn (hum, je crois bien qu’en moi c’est indissociable jusqu’à la fin des temps). Bon, il est temps maintenant de lire un autre prix nobel de littérature, l’excellent José Saramago, qui dans son Evangile selon Jésus Christ donne une biographie fictive de la vie de Jésus qui dès sa naissance porte une faute… imagine la culpabilité, et cela ne s’arrête pas là.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s