La découverte du Japon (1543-1551), de Xavier de Castro

La découverte du Japon (1543-1551), de Xavier de Castro (Chandeigne) — ISBN-13 : 9782915540956 — 413 pages — 29 € — Genre : Insubmersible. ✮✮✮✮

japon

Voici encore un article que j’ai rédigé il y a quelques années, bien avant la naissance de mon blog. J’espère que cet article vous intéressera… Si je pioche ces derniers temps dans mes anciens textes, c’est que j’ai un peu la paresse d’écrire en ce moment et en même temps je veux continuer à alimenter mon blog et le faire vivre…

Comme le titre l’indique, ce livre traite de la première découverte du Japon par les Européens en 1543. Ainsi, bien avant Matthew Perry et surtout bien après la tentative d’invasion du Japon par les Mongols de Kubilay Khan, les Portugais furent les premiers Européens à découvrir le Japon. Aussi, alors que les Perses ont été probablement les premiers à parler de ce pays, c’est « Le Livre des Merveilles » de Marco Polo (décrivant une terre insulaire immensément riche et nommée Cipango), qui poussa de nombreux explorateurs, tels que Christophe Colomb, à sa recherche. Cependant, rien n’y fit et c’est à la suite d’un typhon que des aventuriers portugais, en partance pour la Chine, accostèrent par la force des évènements sur les côtes de Tanegashima.

Cette histoire de l’arrivée des Portugais au Japon, jusqu’à leur perte d’influence au profit des Hollandais et expulsion en 1600, est contée dans une préface de Rui Loureiro qui fait office d’introduction. En effet, non-prosélytes, les Hollandais furent tolérés jusqu’à la fermeture définitive du Japon en 1650. Le livre se concentre sur la période de la présence portugaise au Japon et ne décrit que très sommairement ce qui s’y est passé ensuite.

La seconde partie du livre, elle, à travers de nombreuses cartes d’époque, nous explique comment les contours du Japon étaient imaginés par les Européens. Qui a dessiné les cartes ? Comment ? Pourquoi ? Font partie des sujets traités ! Au départ terre pratiquement inconnue et qui n’était représenté que très sommairement, le Japon peu à peu prend forme (sous nos yeux) avec de très belles reproductions de cartes. Les amateurs d’atlas seront ravis, bien que certaines copies soient extrêmement petites.

La troisième partie du livre complète parfaitement la préface, puisqu’elle met en parallèle l’histoire de la découverte du Japon par les Portugais, avec de nombreux témoignages et lettres d’époque. L’ensemble est abondamment commenté, critiqué et mis en perspective. Les déclarations et lettres sont parfois exagérées, magnifiées et en cela les notes de bas de page sont très éclairantes. Toujours est-il que tous ces passages se lisent comme un roman d’aventures. Aussi, une fois notre lecture achevée, nous regrettons la fin du voyage dans lequel nous nous étions plongés. À travers ce livre, nous apprenons ce qu’a été la première évangélisation du pays, nous vivons cela de l’intérieur à l’aide des lettres du jésuite François-Xavier. Bien entendu, il n’est pas seulement question dans cet ouvrage de l’évangélisation du pays puisque nous avons aussi de nombreux témoignages de commerçants et autres aventuriers. Par exemple, l’influence qu’ont eue les arquebuses apportées par les Portugais sur la société japonaise y est aussi traitée ainsi que bon nombre d’autres évènements. D’autre part, certains passages, qui expliquent comment les Européens voient les Japonais et inversement, sont assez amusants puisque ces perceptions sont proches des nôtres. Les Japonais sont présentés comme un peuple curieux et ouvert sur le monde et contrairement à certaines idées reçues, ils le sont toujours. Seul regret (peut-être), le peu de témoignages japonais sur cette rencontre entre deux cultures diamétralement opposées. Certes, ces points de vue japonais existent, mais nous en voulons toujours plus.

Quoi qu’il en soit, « La découverte du Japon par les Européens (1543-1551) » est un ouvrage passionnant, instructif, stimulant et qui nous donne envie d’en connaître plus, d’en savoir plus ; d’une part sur cette époque riche en découvertes et d’autre part sur les Portugais et japonaise. Il est d’ailleurs possible de compléter sa lecture par d’autres ouvrages traitant du même thème et toujours avec la même maison d’édition. Par exemple, « Le puissant royaume du Japon : La description de François Caron (1636) » pour n’en citer qu’un. Un dernier mot sur l’ouvrage en tant qu’objet, il est magnifiquement réalisé (comme toujours chez les Éditions Chandeigne), avec un papier cousu et épais, une couverture rigide ainsi qu’une police de caractère agréable à la lecture.

Qui aime l’histoire du Japon et sa culture ?

(23 commentaires)

  1. Très intéressant. Voilà un livre que je lirais et que je recommanderait à un ami japonais Takemoto. Un personnage haut en couleur toujours friant de culture. Bon week end cher Goran… Et tu fais de ressortir les vieux dossiers car ils ne sont pas mal du tout…

    Aimé par 1 personne

  2. Moi aussi je serais très intéressée par ce livre, cela complèterait bien le roman que je lis actuellement : de Shusaku Endô : « L’extraordinaire voyage du samourai Hasekura », un récit très captivant sur la découverte de l’Occident par quelques émissaires japonais au 17è siècle …

    Aimé par 2 people

  3. Ton article est bien intéressant, merci.
    Comme toi, j’aime beaucoup le soin qu’accordent les éditions Chandeigne à leurs livres. Un riche catalogue.
    Et bon courage pour continuer à rédiger des billets. On a tous des baisses de régime 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Voilà une lecture (voire plusieurs si l’on lui ajoute celle de François Caron) tout à fait complémentaire à la vision du récent film de Scorsese « Silence », ou bien à la lecture des romans d’Endô (cité d’ailleurs dans un post précédent).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s