Insiang, de Lino Brocka

Insiang, de Lino Brocka — Philippines 1976 — Genre : Végétarien. ✮✮✮✮

insi

Avant les réalisateurs philippins Lav Diaz et Brillante Mendoza, il y a eu Lino Brocka mort prématurément dans un accident de la route en 1991. Tombé dans l’oubli, Lino Brocka réalisa entre autres Bayan ko (1985) et Insiang (1976). C’est d’ailleurs ce dernier que je vais critiquer ici.

Insiang est le premier film philippin présenté au Festival de Cannes. Sélectionné en 1978 pour la Quinzaine des réalisateurs, le film de Lino Brocka est de nouveau présent à Cannes en 2015 dans la catégorie Cannes Classics. Dans Insiang, le cinéaste philippin montre la réalité d’un pays à travers l’histoire d’une belle jeune femme qui vit dans les bidonvilles de Manille. Opposé au Président Ferdinand Marcos qui imposa la loi martiale neuf ans durant, Lino Brocka, avec son film, fit connaître au monde les difficultés socio-économiques de son pays. Mais revenons-en à l’essentiel… De quoi parle le film de Lino Brocka ?

259168

Ainsi, Insiang c’est le titre du film, mais c’est aussi le prénom de l’héroïne principale. Cette dernière vit dans un bidonville de Manille auprès de ses frères et sœurs et d’une vieille mère tyrannique. La vieille Tonya, adepte du moindre effort, passe ses journées à critiquer sa nombreuse progéniture. Le fils aîné n’en peut plus et personne ne supporte cette mère froide et sans cœur. Aussi, la belle Insiang aux noirs pénétrants s’épuise à la tâche pour faire vivre sa grande famille. Dans ce monde violent et sale, dans lequel les gens ont peine à survivre, la beauté de Insiang est mal perçue, provoque des jalousies… Pourtant, Insiang n’a rien à se reprocher, elle travaille aussi dur que n’importe qui d’autre dans ce bidonville ou l’alcoolisme et le chômage règne. Puis un jour, la mère de Insiang met tout le monde à la porte pour pouvoir vivre seule avec son nouvel amant prénommé Dado. Seule Insiang peut rester, car seule elle travaille et il faut bien que ce nouveau couple formé puisse vivre sans se fatiguer. Tonya vit des jours heureux avec son jeune amant qui pourrait être son fils, jusqu’au jour où celui-ci tombe sous le charme de Insiang… Qui ne tomberait pas sous son charme ? Moi je n’ai pas pu y échapper… Enfin bref, revenons-en au film. Sauf que Insiang a déjà un homme dans sa vie et le violent Dado ne l’attire pas du tout. Aussi, dans ce jeu, du qui aime qui, deux femmes vont se dévoiler tandis que les rôles masculins vont peu à peu s’effacer.

insiang2

Dans Insiang, le réalisateur philippin Lino Brocka nous conte deux histoires dramatiques, celui de deux femmes qu’il montre parfois en gros plan comme pour mieux nous présenter ses deux héroïnes au fort caractère et celui de son pays qui vivait, à l’époque à laquelle fut tourné le film, une grave crise économique et politique. D’ailleurs, Lino Brocka usera de plans larges pour les scènes extérieures. Par conséquent, on découvre les rues de ce bidonville qui grouille de gens qui s’ennuient, on découvre un monde aux maisons brinquebalantes et aux rues crasses, on découvre des commerçants qui travaillent, etc., etc. Cependant, le thème principal du film est bien celui du conflit entre une mère tortionnaire et une jeune femme qui a décidé de ne pas se laisser faire. Insiang est un film dramatique, voire tragique. Dans cet univers violent où seuls les plus forts survivent, Insiang réussira-t-elle à sortir son épingle du jeu ? Si vous voyez le film, vous découvrirez une scène d’ouverture assez marquante. La réalisation est vraiment très intéressante. Seul petit bémol à mon sens, la musique du film. Elle ressemble, un peu, je trouve, aux bandes-son des films érotiques des années 70. Enfin, je dis ça, mais en même temps je ne connais pas ces réalisations bucoliques… Alors pourquoi je vous parle de la musique du film ? Je commence moi-même à me le demander…

Pensez-vous vous procurer le DVD de ce film ?

(19 commentaires)

  1. Coucou! 🙂

    Je rattrape un peu mon absence sur les blogs des uns et des autres en ce moment! 🙂 Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas penché sur une de tes chroniques – d’ailleurs, si j’aimais les femmes, je crois que la jolie Insiang (c’est bien elle la jolie dame aux yeux noirs sur la photo, hein?) ne me déplairait pas non-plus. 😉 Je ne connais pas du tout le cinéma philippin, mais en général j’aime la façon dont les films asiatiques (Corée, Taïwan, Japon… si tu ne connais pas, je te conseille « Garçon d’honneur », un très beau film qui aborde l’homosexualité de manière ouverte mais sans glamourisation cliché) abordent certains sujets de société. Tu m’as donc donné très envie de jeter un œil à l’œuvre de Brocka!

    Sinon, je ne savais pas qu’il existait un cinéma « végétarien »… 😉 Tu me diras, mon frère a bien inventé, le jour où il classait nos films, exprès pour « Le Tombeau » et « Révélations », le « thriller catholique »! 😉

    Très bonne journée à toi! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, c’est bien elle, n’est-ce pas qu’elle est belle ? Le genre du film, c’est à cause de la scène d’ouverture du film, je n’en dirai pas plus 🙂 c’est une très bonne idée que ton frère a eue pour son classement par genre 🙂 j’aime aussi inventer mes genres… Très belle journée à toi. 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. J’essaye de parler des films qui ne font pas beaucoup de bruit et qui sont pourtant très intéressants… Ce film c’est aussi presque une féministe et je pense que tu aimerais… Bon, le prochain film sera chinois 🙂

      J'aime

  2. Si je le trouve à la médiathèque, je le prends. En tout cas, j’ai beaucoup aimé ta chronique. Est-ce une adaptation ? Si oui, donne-moi le titre du livre. Belle journée Goran…J’aime bien quand tu causes cinéma aussi!!!

    Aimé par 1 personne

  3. Un des genres de films que j’allais voir quand je faisais ma cure de cinéma… pas végétarien forcément, mais film hors grand public. La musique… à quoi peut bien ressembler ce type de musique ? Tu me fais sourire 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai lu avec plaisir ton billet sur ce film, je l’ai découvert en septembre dans un cinéma de quartier. Quelle violence mais à la fois quelle description et quelles émotions transmises !
    Ps : c’est vrai, l’actrice est très belle.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s