Une heure avant la fin du monde, de Joseph Roth

Une heure avant la fin du monde, de Joseph Roth (Liana Levi) — ISBN-13 : 9782867465277 — 149 pages — 8 € — Genre : Éclairé. ✮✮✮✮

roth

Après avoir lu « Une heure avant la fin du monde » de Joseph Roth dans le cadre de La Voie des indés 2016, je tiens à remercier les éditions Liana Levi, Libfly et Aurélie, ainsi que les différents éditeurs participants à cette opération.

Avant de parler du livre, parlons un peu d’histoire ou plutôt parlons un peu des dernières recherches historiques qui tendent à montrer que personne ne savait pour la solution finale et je dois dire que j’ai énormément de mal avec ce discours. Aussi, même si je ne suis pas historien, j’ai lu quelques petits livres sur le sujet et plusieurs indices montrent quand même qu’au moins une certaine élite politique savait. De plus, dire que personne ne savait rien sur rien et je grossis intentionnellement le trait, permet aussi à la société de se trouver un alibi. Je préfère quand les hommes assument leur acte, je trouve ça plus sain. Si personne n’est responsable de rien, il n’y a plus de fautifs. Et sans fautifs il n’y a rien à changer et c’est le meilleur moyen de recommencer ses erreurs passées. Non ? En voilà un beau sujet de philosophie ! Mais je m’égare… Je veux bien certaines personnes ne savaient pas ce qui se passait et c’est fort plausible, mais… Enfin, bref, passons. Pourquoi, est-ce que je vous parle de cela ?

« La tâche de l’écrivain de ne notre temps est le combat impitoyable contre l’Allemagne, car elle est le véritable foyer du mal en notre temps, la filiale de l’enfer, le séjour de l’Antéchrist. »

Ainsi, « Une heure avant la fin du monde », de l’Autrichien Joseph Roth, est un ouvrage qui rassemble plusieurs articles du journaliste et écrivain publié entre 1928 et 1938. Et il faut dire que l’homme était sacrément lucide sur l’Allemagne nazie et son meneur. Joseph Roth attaque très fort en qualifiant par exemple le procès d’Adolf Hitler pour son coup d’État raté de mascarade, etc., etc. Voici un écrivain, journaliste et témoin d’une époque qui a su très vite que la fin du monde était proche (pour reprendre le titre de ce recueil d’articles). Joseph Roth, mort prématurément en 1939 à Paris, n’a jamais vu ni pu entendre parler des chambres à gaz, mais il y a su deviner, ressentir le mal naissant avec ce troisième Reich. L’homme n’était pas devin, il était juste observateur. Et surtout c’était un écrivain de talent. Les articles qui se succèdent sont empreints d’ironie, de dégoût et de violence, l’auteur s’emporte, s’exaspère… De plus, la lucidité et l’esprit critique de Joseph Roth autrichien font plaisir à lire. Lorsqu’Adolf Hitler fut nommé, Joseph Roth écrivit à son ami Stefan Zweig ces quelques mots : « À présent il vous sera évident que nous allons vers de grandes catastrophes. Abstraction faite du privé – notre existence littéraire et matérielle est déjà anéantie – l’ensemble conduit à une nouvelle guerre. Je ne donne pas cher de notre vie. On a réussi à laisser la Barbarie prendre le pouvoir. Ne vous faites pas d’illusions. C’est l’Enfer qui prend le pouvoir ». Merci Wikipédia ! Toujours est-il que ces mots sont d’une rare clairvoyance.

Joseph Roth était un homme passionné, exalté, mais c’est aussi et surtout un homme triste de voir l’Autriche et l’Allemagne sombrer dans l’horreur. Visiblement certains hommes de l’époque comprenaient parfaitement l’état d’urgence de la situation… Ironiquement, Joseph Roth meurt (malade, alcoolique et sans argent) quelques mois avant la déclaration de la guerre. Cet homme meurtri ne verra jamais son cauchemar se transformer…

Comprenez-vous maintenant un peu mieux où je voulais en venir un peu plus tôt ?

(22 commentaires)

  1. Merci pour la découverte Goran. Je n’ai jamais lu Roth. Le fait que cet ouvrage rassembles des articles divers m’intéresse. Je vais donc me le procurer. Merci pour cette chronique… Et je comprends très bien où tu veux en venir…

    Aimé par 1 personne

  2. Ca semble être un livre très intéressant, mais en général je lis surtout des romans et des poésies, et pas trop de recueils d’articles ou écrits documentaires …
    Je pense comme toi que les gouvernements des divers pays occidentaux étaient au courant pour la solution finale …

    Aimé par 1 personne

  3. Bon… je me suis interdite de librairie (mais je sors parfois mon joker), je sens que je vais m’interdire de venir sur ton blog. Comment veux-tu qu’on résiste ? Ce livre m’a l’air très intéressant, assez essentiel, même. Tu parles de sa correspondance avec Stefan Zweig qui, lui-même correspondait beaucoup avec son ami Romain Rolland, j’ai alors cherché si Rolland et Roth avait pu avoir quelques échanges ensemble. Je n’ai rien trouvé, mais je n’imagine pas que Zweig n’en ai pas parlé à Rolland. Zweig était conscient de ce que ces temps sombres annonçaient. Il n’y a d’ailleurs pas survécu.

    Aimé par 1 personne

  4. Tiens, il faudrait que je lise la correspondance Zweig Rolland, j’ai lu le premier volume, franchement c’est à découvrir.
    Pour en revenir à ‘ceux qui ne savaient pas’, je me demande si justement dans le livre que j’ai lu récemment, rien où poser sa tête, l’auteur Française Frenkel n’avait pas des intuitions. Sinon pourquoi aurait-elle tout fait tout risqué pour ne pas être prise par les français ou les allemands? Elle devait sentir que la mort l’attendait.

    Aimé par 1 personne

  5. Je partage l’avis de Mokamilla ; j’avais lu La marche de Radetzki qui reflète si bien la fin de la monarchie austro-hongroise, et je serais bien tenté de lire ce roman. Un grand merci à toi de dénicher des titres et des auteurs aussi intéressants (je pense entre autres à Chlokhov ou à Benjamin Constant) !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s