Européens et japonais : Traité sur les contradictions et différences de moeurs, de Luis Fròis

Européens et japonais : Traité sur les contradictions et différences de moeurs, de Luis Fròis (CHANDEIGNE) — ISBN-13 : 9782915540543 — 96 pages — 10 € — Genre : Anthropologique. ✮✮✮✮✮

japeuro

Après avoir lu « Européens et japonais : Traité sur les contradictions et différences de moeurs » de Luis Fròis (aux éditions Chandeigne) dans le cadre de La Voie des indés 2016, je tiens à remercier les éditions Chandeigne, Libfly, Aurélie et Marie ainsi que les différents éditeurs pour leur opération.

« Européens et japonais : Traité sur les contradictions et différences de moeurs » est un traité rédigé en 1585 par un père jésuite portugais du nom de Luis Fròis. En effet, ce dernier fut l’un des premiers Européens à avoir mis les pieds au Japon afin de retrouver le missionnaire François-Xavier arrivé 12 ans avant lui. Aussi, le père Luis Fròis vécut plus de 30 ans au Japon où il meurt en 1597 dans la ville de Nagasaki.

À travers environ 15 chapitres qui abordent des sujets aussi divers que variés (les hommes, les femmes, les armes, la maladie, la religion, etc.), l’auteur portugais montre, à l’aide d’une liste, les différences qu’il peut y avoir dans les mœurs Européens et japonais. Ainsi, toutes les énumérations du père Luis Fròis sont rédigées de la manière suivante : « les Japonais font ainsi alors que les Européens font comme ça ». Il s’agit d’un livre que l’on parcourt, que l’on feuillette, à la recherche d’une contradiction amusante ou bien instructive. Ce n’est pas un essai dans le sens où il n’y a aucune mise en perspective historique, ou bien explication, mais l’ensemble de cet ouvrage reste intéressant et amusant. Ainsi, on retrouve dans ce petit comparatif certains stéréotypes d’aujourd’hui, ces derniers ont décidément la vie longue. D’autre part, on apprend étonné que les femmes japonaises de l’époque étaient bien plus libres que leurs homologues européennes. Enfin, alors qu’aujourd’hui malheureusement les femmes doivent encore et toujours revendiquer et défendre leur droit à l’avortement, la femme japonaise de l’époque pouvait pratiquer cette intervention (visiblement) sans contraintes morales, sociales ou bien religieuses…

« Chez nous, les gens se lavent le corps en se cachant ; au Japon, hommes, femmes et bronzes le font dans des bains publics, ou la nuit devant la porte. »

Dans la préface de Claude Lévi-Strauss, nous apprenons ce qu’a voulu faire l’auteur portugais avec son court traité sur les contradictions et les différences de mœurs. Cependant, même si la préface est très éclairante, il manque à mon goût à cet ouvrage un appareil critique. À plusieurs reprises, je me suis demandé si le regard qu’avait posé en son temps le père portugais sur la culture japonaise était objectif. Certes, nous comprenons grâce à Claude Lévi-Strauss que le père Luis Fròis aborde son traité de manière moderne, mais également avec l’esprit d’un homme corseté par l’époque dans laquelle il vit. Cependant, j’aurais aimé pouvoir retrouver un peu plus d’explications… Toujours est-il, que cet ouvrage reste intéressant et souvent amusant, et cela malgré mes quelques réserves. Un livre pour ceux et celles qui s’intéressent au Japon et à l’ethnologie, l’anthropologie…

Qu’en pensez-vous ?

(31 commentaires)

  1. Intéressant, ce petit livre.
    Il doit y avoir plusieurs niveaux de lecture : décalage entre deux civilisations, mais avec un décalage d’époque avec le lecteur (un Japon non occidentalisé, une Europe de la Renaissance), le tout vu à travers le regard d’un jésuite, qui analyse les choses selon son propre vécu et son éducation…

    Aimé par 1 personne

  2. Merci de m’ouvrir les yeux encore une fois sur cette culture japonaise que je ne connais pas…par le biais d’un ouvrage rédigé par un père jésuite portugais…nous leur devons beaucoup à ces jésuites. Grâce à leurs écrits, ils nous ouvrent les portes de leur perception d’époques, de civilisations, de lieux…

    Aimé par 1 personne

  3. C’est très tentant, j’aime beaucoup les récits de voyage des premiers explorateurs, il y a une telle interrogation sur les cultures qu’ils découvrent. Et si en plus le récit est plaisant…Je trouve intéressant de souligner la plus grande liberté des femmes japonaises en tout cas ! Merci pour ta chronique instructive.
    Sinon, cela a l’air drôlement bien cette Voie des indés, les textes dont tu parles sortent de l’ordinaire.

    Aimé par 1 personne

  4. J’en pense que je ne perds pas mon temps en venant sur ton blog. Tu nous parles d’ouvrages dont je n’aurais jamais croisés le chemin, j’ai toujours plaisir à ‘écouter’ parler de choses qui me sont inconnues. Cela me fait penser au Yi King ou Yi Jing (livre des mutations ou des transformations) qui dit toute la culture de la Chine et bien plus et que des pères Jésuites avaient traduits de façon très occidentalisée. C’est un très gros livre qui est aussi une sorte de livre de divination, sauf qu’il ne te dit pas l’avenir, il t’aide à réfléchir sur une décision à prendre, et surtout c’est un livre passionnant. Je l’ai chez moi, mais la flemme de vraiment l’étudier. Cyrille Javary en a fait une nouvelle traduction, c’est d’ailleurs celle-là que j’ai. Mais peut-être que tu connais…

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne connaissais pas et merci pour tes nombreux conseils… Sinon, je peux te conseiller aussi « Matteo Ricci. Un jésuite à la cour des Ming » de Michela Fontana. C’est l’histoire du premier jésuite arrivé en Chine. Je pense que cela pourrait te plaire.

      Aimé par 1 personne

  5. J’avais eu les mêmes impressions que toi à cette lecture qui reste pour autant bien agréable.
    Dans un registre plutôt sociologique , il y a »Tokyo mémories » de Muriel Jolivet (sociologue qui enseigne au Japon) et ses autres livres . On m’avait fortement conseillé  » Folklore et Théâtre au japon :Kinoshita Junji et les contes populaires » de Toshiko Mori aux publications orientalistes de France que je n’ai toujours pas eu le courage d’attaquer. Sinon dans un registre beaucoup plus léger, parfois un peu cliché et sur un autre support (bande dessinée/manga): » A nous deux Paris » de J. P Nishi : l’histoire d’un jeune japonais qui vient vivre quelques temps en France (basée sur l’expérience de l’auteur) ou le manga » It’s your world  » qui raconte l’arrivée d’une famille Japonaise en France .
    Enfin, petite touche féministe: pour l’avortement, je ne sais pas ce qu’il en est à l’heure actuelle au Japon. Toujours est-il que la société japonaise enchaine encore de nos jours les femmes dans un rôle et une activité très traditionnelle. Une femme célibataire enceinte est encore très mal vue, une femme mariée travaille rarement (même si cela commence à venir): elle se doit de s’occuper des enfants et de son foyer et plein d’autres petites choses qui paraissent parfois difficiles à croire pour un pays développé comme le Japon. Enfin tout cela bouge heureusement 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Mais je vois que les grands esprits se rencontrent… 🙂 Encore une fois merci pour les conseils. À côté, la femme japonaise est aussi celle qui garde l’argent du foyer, même si c’est le mari qui travaille, il doit ensuite quémander auprès de son épouse pour avoir un peu d’argent de poche… 🙂 Sinon, j’ai connu plusieurs japonaises et elles étaient tout aussi moderne qu’ici… C’est une société difficile à cerner.

      J'aime

      1. Oui tout à fait. C’est peut-être aussi pour cela qu’elle fascine.
        Je voulais tenter le livre » Les Japonais » de Karyn Poupée. il paraît qu’il est très bien. L’as tu lu ?

        Aimé par 1 personne

  6. Par curiosité je le lirai… Je note aussi Éloge de l’ombre » de Tanizaki, conseil lecture de Bookmaniac… Après tu as très certainement raison dans ta conclusion. Peut être corseté, l’époque y fait aussi, le point de vue d’un européen…Merci Goran…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s