Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes (FLAMMARION) — ISBN-13 : 9782081247604 — 443 pages — 11 € — Genre : Plus bête tu meurs. ✮✮✮✮

keyes

Qu’est-ce que l’intelligence, en fin de compte ? Difficile de répondre à cette question et de définir cette notion… Toutefois, un psychologue américain (Howard Gardner) théorise en 1983 le concept des multiples intelligences. Ainsi, au total le scientifique américain dénombre neuf formes d’intelligence : l’intelligence logico-mathématique, l’intelligence spatiale, l’intelligence interpersonnelle, l’intelligence corporelle-kinesthésique, l’intelligences verbo-linguistique, l’intelligence intra-personnelle, l’intelligence musicale-rythmique, l’intelligence naturaliste-écologiste et enfin l’intelligence existentielle. Tous les individus posséderaient donc une forme d’intelligence, il suffirait de découvrir laquelle nous correspond.

Dans « Des fleurs pour Algernon » une équipe de chercheurs travaillant sur l’intelligence décident, après avoir étudié leur traitement sur une petite souris (Algernon) pendant des années, d’utiliser un cobaye humain. Ainsi, Charlie, le héros débile du livre au Q.I. de 70 va à l’aide d’une expérience scientifique devenir un homme aux capacités intellectuelles exceptionnelles. À partir d’une idée d’histoire originale (comment rendre l’homme intelligent), l’auteur du livre traite de sujets sérieux et qui ne se limitent pas seulement au divertissement. Daniel Keyes parle dans son roman de la maladie, du handicap, du rapport à l’autre, mais aussi de l’éthique scientifique, du bonheur et de ce qui est important dans la vie.

« L’intelligence seule ne signifie pas grand-chose. Ici, dans cette Université, l’intelligence, l’instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu’il y a un détail que vous avez négligé : l’intelligence et l’instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher. »

Pour mener à bien cette expérience scientifique hors normes, Charlie doit rédiger dans un carnet ce qu’il ressent, ce qu’il vit, ce qu’il devient… Et c’est ce journal que nous lisons, alors dans un premier temps l’écriture est hésitante, bourrée de fautes d’orthographe, Charlie ne sait pas écrire alors forcément… Puis, petit à petit, le récit devient plus clair et fini même par être complexe. Charlie devient intelligent (un peu trop peut-être), alors il se pose des questions et se rend compte de choses qu’il ne percevait pas avant. Enfin, Charlie tombe amoureux et malgré ses nouvelles capacités il ne sait pas très bien s’y prendre avec le sexe opposé. La vie lui semble tout d’un coup bien compliquée, bien plus que lorsqu’il était idiot. Quoi de plus normal me direz-vous ? Il me semble que l’ignorance permet d’échapper aux atrocités du monde. Heureux, car stupide ! Je m’égare, car il me semble que le propos de l’auteur n’est pas celui-ci. Daniel Keyes semble dire que l’intelligence à elle seule ne suffit pas à rendre un homme heureux.

« Des fleurs pour Algernon » est un récit qui commence comme une histoire légère puis elle devient inquiétante avant de finir par être émouvante et triste. Le style de l’auteur est agréable, direct, facile à lire. Le texte, lui, ne manque pas de rythme et les presque 450 pages du livre se lisent très rapidement, en quelques heures…

Qui a lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ? Finalement, c’est quoi l’intelligence ?

(31 commentaires)

  1. Je l’ai quelque part, faudrait que je remette la main dessus pour me faire une opinion.
    D’ailleurs il a été, librement, adapté en film avec le cobaye, ça a beaucoup vieilli mais j’avais quand même bien aimé à l’époque (avec Pierce Brosnan), même si cheap et bancal…

    Aimé par 2 people

    1. Le livre a aussi été adapté en France dans un film qui est passé sur France quatre quelques jours après avoir fini ma lecture… Il y a 15 jours si mes souvenirs sont bons. Effectivement, le cobaye a pris un sacré coup de vieux.

      J'aime

  2. Je ne connais pas ce livre… Merci de la découverte… L’intelligence… Un sujet qui fait couler beaucoup d’encre… Au bout du compte, est-ce si important? Parfois, cette dernière s’avère notre pire arme… J’aime bien le titre!

    Aimé par 2 people

  3. Très bon livre, lu il y a assez longtemps. Surtout pour l’émotion qu’il dégage et la relativité de l’intelligence intellectuelle, analytique, qui était si célébrée à l’époque (celle des tests de Q.I.). A présent, cette notion a été remise en perspective, voire remise en cause parfois. Il ne faudrait malgré tout en venir à l’excès inverse…

    Aimé par 3 people

  4. Excellent livre, un classique ! En fait aux USA il fait partie du programme collège/lycée, je l’ai découvert bien après avoir lu ce livre moi-même quand j’étais jeune et une fois adulte l’avoir acheté et laissé traîner en douce pour mes enfants… qui l’ont lu en classe finalement.

    Aimé par 2 people

  5. Ce livre, j’ai dû le commencer il y a quelques années quand une de mes collègues (prof d’SVT) me l’a donné en me disant qu’elle l’avait adoré. J’ai vraiment été frappée par cette écriture troublante. Sans raison (autre que le temps que je n’ai pas pris) et très injustement, j’ai délaissé ce livre. Ton article me donne envie de le reprendre et de me replonger dans cet univers si particulier.

    Aimé par 2 people

    1. Au début du livre, l’écriture est phonétique, mais très vite comme l’intelligence du narrateur progresse, l’écriture aussi… C’est peut-être ce qui t’a gêné…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s