La révolte des Ciompi, de Nicolas Machiavel

La révolte des Ciompi, de Nicolas Machiavel (CMDE) — ISBN-13 : 9791090507081 — 93 pages — 11 € — genre : Coupe gorge. ✮✮✮✮

ciompi

Qu’est-ce que la révolte des Ciompi ? Et, qui étaient ces derniers ? Ainsi, il s’agit d’une révolte ouvrière qui eut lieu à Florence en 1378. On parlera à la base non pas de révolte, mais de tumultes. Les Ciampi étaient, comme il est dit dans la postface d’Emmanuel Barot, des travailleurs non qualifiés de la manufacture lainière dans la Florence de la renaissance. Sans qualification, ces ouvriers recevaient par conséquent un salaire très faible. Pauvres et sans un sou, les Ciompi se révoltèrent. En ce début du XIVe siècle, les soulèvements en Europe occidentale étaient pour de multiples raisons (arrêt de la croissance économique, crise de l’Église catholique, etc.) relativement nombreuses. Cependant, la révolte des Ciompi restera comme l’une des plus célèbres insurrections populaire.

Et, ce n’est sans doute pas par hasard qu’il en soit ainsi. Considérée comme la plus grande cité d’Europe, Florence vit se développer en son sein la richesse des marchands qui gravitaient autour de l’industrie lainière. Cette dernière était organisée sous forme de corporation qui opérait un contrôle strict sur ses employés. Par exemple, cette industrie lainière qui employait un tiers des Florentins ne permettait pas à ces derniers une évolution de carrière. Par conséquent, un ouvrier pauvre et sans qualification le restait toute sa vie. Les Ciompi ne possédaient, non plus, aucun droit de vote. La corporation des lainiers fonctionnait presque comme un État dans l’état puisque c’est elle qui régissait la vie d’un tiers des Florentins. Après la révolte des Ciompi qui demandèrent tout un tas de réformes sur lesquelles je ne reviendrai pas, un pouvoir de type démocratique fut mis en place brièvement. Pour faire court, les Ciompi furent finalement trahis et massacrés par leur ancien allié « révolutionnaire » : les petits artisans, boutiquiers, etc. Quatre ans après la révolte des Ciompi, il ne restait plus rien des droits qu’ils avaient obtenus à la suite de leur insurrection réprimée dans le sang.

La révolte des Ciompi aux éditions CMDE est un ouvrage d’analyse sur un fait historique, celui d’une des premières révoltes prolétariennes d’envergure. Ainsi, dans un premier temps nous pouvons lire un texte de Simone Weil qui donne une interprétation marxiste de la révolte des Ciompi. Ensuite, les éditions CMDE nous proposent un extrait, d’« Histoire de Florence » (1521-1525) de Nicolas Machiavel. Aussi, ce récit s’intéresse à la révolte des Ciompi. L’analyse que réalise Nicolas Machiavel de cette insurrection reste encore à ce jour très juste. Il s’agit d’un grand texte de la pensée politique. « Tous ceux qui arrivent à la richesse, à la puissance, vous les verrez y arriver par la fourbe et par la force ; puis une fois qu’ils les ont usurpées ainsi par ruse et par violence, ils les décorent du nom de juste gain. » Enfin, la postface d’Emmanuel Barot revient (entre autres choses) sur les interprétations marxistes, bourgeoises, etc. qui ont été réalisées sur cette révolte des Ciompi. Une chronologie qui résume très bien les évènements, ainsi qu’une bibliographie complète se livre.

La révolte des Ciompi est un livre d’histoire pour ceux qui s’intéressent à la Florence de la renaissance. Mais aussi, et surtout, pour ceux qui veulent en apprendre plus sur les premiers conflits sociaux en Europe occidentale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s