Le Voleur de voitures, de Theodore Weesner

Le Voleur de voitures, de Theodore Weesner (TUSITALA) — ISBN-13 : 9791092159073 — 420 pages — 23 € — VroomVroom. ✮✮✮✮

theo

Encore un classique de la littérature américaine qui nous arrive sur le tard, plus de 40 ans après sa publication aux États-Unis. Mieux vaux tard que jamais ! Et si j’utilise le mot « encore » comme une sorte d’interjection, ce n’est pas par lassitude, mais plutôt par gratitude. Encore ! Merci, j’en voudrais encore et encore… Après avoir été habitué à de très belles découvertes de ce type aux éditions Monsieur Toussaint-Louverture, voici que les éditions Tusitala s’y mettent aussi avec un très beau livre de Theodore Weesner. De quoi s’agit-il ? Je me permets de reprendre à l’identique le résumé proposé par l’éditeur :

« Alex, seize ans, vient de voler sa quatorzième voiture. Pas pour la revendre ou se lancer dans un trafic, non, juste pour conduire, s’évader d’un morne quotidien coincé entre une scolarité dont il s’est totalement désintéressé et une famille éclatée – un père alcoolique ouvrier chez Chevrolet, une mère partie ailleurs en emmenant avec elle son petit frère.
Largement inspiré de la jeunesse de l’auteur qui, comme Alex, découvrit la lecture en maison de correction après avoir été arrêté au volant d’un véhicule qui n’était pas le sien, Le Voleur de voitures arrive à créer un personnage universel, un adolescent paumé qui sombre dans la délinquance sans même en avoir conscience. Il s’embourbe mollement, espérant se faire arrêter pour que quelque chose vienne, enfin, perturber son existence morose.
En suivant l’inexorable coulée de ce personnage qui perd pied, Theodore Weesner tresse un roman initiatique sensible et émouvant sur les relations père-fils, sur l’apprentissage de l’amour à l’adolescence, la recherche du frère perdu et la fin de l’enfance. »

Comme vous l’aurez compris, il s’agit d’un roman d’apprentissage, un roman initiatique découpé en cinq grands livres. Un roman sensible qui raconte le parcours difficile d’Alex, un adolescent qui très vite, après quelques chapitres rondement menés, termine dans un centre pour jeunes délinquants. Cette partie du livre est aussi le témoignage d’une époque sur un monde difficile dans lequel des enfants finissent enfermés et pour parfois presque rien. Cependant, ce livre n’est pas seulement l’histoire d’un délit et d’une rédemption, mais aussi celle d’une relation difficile entre un père et son fils. Tout du long du livre, avec Alex nous vacillons, nous souffrons avec lui, Alex aimé par un père alcoolique qui ne sait se faire comprendre et une mère absente dont il se souvient à peine. Il s’agit d’un livre hautement autobiographique, un livre qui a changé la vie de l’auteur comme nous l’apprend l’auteur lui-même dans la postface. Cela ressemble à Price de Steve Tesich. Dans les premiers jours de son incarcération dans un centre pour mineurs, Alex reçoit une lettre de son père que j’ai trouvé touchante, car aussi pleine de maladresses, de pudeurs… À partir de ce courrier, c’est aussi le début des promesses d’un père dépassé qui ne cessent de revenir. Cependant, même si j’ai beaucoup aimé ce roman, j’ai préféré le style de Steve Tesich que j’ai trouvé, à mon sens, plus envoûtant. Il n’en reste pas moins que ce livre est une histoire extraordinaire qui finit de manière poignante… À lire !

(2 commentaires)

  1. Damned, je me rends compte que j’avais commencé ce livre et que je ne l’ai jamais fini. J’avais oublié ma liseuse… Du coup j’ai commencé autre chose et j’ai zappé celui-ci dans les grandes largeurs oO Grâce à ta chronique et ton enthousiasme, je vais penser à achever ce que j’avais entrepris 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s